Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Maroc-Algérie :Convention 1972 sur les frontières, un chiffon de papier, nul et non avenu..!

    info

     

    Authenticité frontalière....Dans le blog il y a pas mal de notes qui évoquent ou traitent le problème frontalier avec l'Algérie. J'ai parlé largement de ce dossier, depuis l'accord d'entente passé entre le Royaume du Maroc et le GPRA (Gouvernement provisoire de la révolution algérienne) du 6 juillet 1961 qui engage l'Algérie indépendante à céder  au Maroc les terres Marocaines amputées par le colonialisme Français durant les dernières décennies du 19° siècle et annexées de force à l'Algérie Française en 1903, suivies par Tindouf et sa région en 1952 à la veille de la destitution et exil du Sultan feu Mohamed V que Dieu ait son âme.

    D'après les réactions, sous forme de commentaires diffamatoires et injurieux qui me parviennent des lecteurs algériens fâchés et irrités, je me suis convaincu que les services secrets algériens suivent ponctuellement et analysent tous mes propos, considérant, mes écrits, selon une phrase Drsiste qui m'est adressée par commentaire courroux de: "rêves de blogueur impulsif"?. Mais ils ne savent pas certes, que mes  points de vue là-dessus reflètent le point de vue commun de tous les Marocains, de tout un peuple fidèle à sa Monarchie, à ses principes, et à son histoire.

    Il ne reflète pas bien sûr, le point de vue officiel, du moins pour le moment, étant donné que l'Etat Marocain évite sincèrement l'ouverture d'autres fronts et reporte toute discussion en l'objet avec un ennemi arrogant, enragé de grandeur, courant derrière un leadership fantôme dans la région. Mais ça viendra un jour, tôt ou tard, après l'enterrement du conflit artificiel du Sahara Marocain.

    Si les algériens s’efforcent à mettre leur potentiel financier et gaspillent leur pétrodollars au service de la déstabilisation du Maroc et tentent en vain de troubler la quiétude du peuple Marocain, et si leur diplomatie d'autruche que mène  le rabbin Ramtane Lamamra, le ministre algérien des affaires mensongères contre le Maroc, l'ennemi potentiel de l'Algérie, le résultat est toujours nul..

    En preuve, devant leurs tentatives de percer le mur Marocain de sécurité par envoi de mercenaires et terroristes pour s'exploser en terre Marocaine..(!) Ils se sont constamment confrontés à la vigilance de nos services de sécurité et en trouveront à tout moment certes, le peuple Marocain uni, en un seul homme, derrière sa monarchie, de Tanger à Lagouira, pour se défendre à n'importe quel prix, et leur rendre la monnaie, comme cela était le cas durant la guerre des sables en 1963 et les batailles de dignité menées par nos glorieuses Forces Armées Royales pour la sauvegarde de notre intégrité territoriale dans nos provinces du sud (Les gifles du général Driss Ben Omar en 1963 et les Amgala 1976 en témoignent). 

    Échec constant du DRS-DZ..En preuve, il y a quelques mois à peine, nous apprenions par un communiqué du ministre Marocain de l'intérieur, l'arrestation d'un algérien à Beni Drar, près d’Oujda, à quelques kilomètres de la frontière algérienne, soupçonné d’appartenance au groupe islamiste qui avait revendiqué l’enlèvement et l’assassinat du randonneur Français Hervé Gourdel en septembre 2014 en Kabylie.

    La même source confirmait que l'opération, menée par la police judiciaire après plusieurs mois d'investigation de la DGST (Direction générale de la surveillance du territoire), s'est soldée par l'acquisition de grandes quantités de substances dangereuses, des appareils utilisés dans les télécommunications sans fils.

    D'autre part, il y a  à peine quelques jours, une cellule terroriste dangereuse vient d'être démantelée par le nouveau BCIJ (Bureau Central d'Investigations judiciaires) de la DGST à Salé,dans sa première sortie et qui selon le communiqué y afférent de Mr.Hassad, cette cellule aurait été soutenue et financée d'étranger. A mon sens, il n'y a pas d'ingérence ni de main étrangère qui guette la stabilité du Maroc sauf celle des algériens.

    A noter dans ce sens, que nos Services de Sécurité (SN,DST,GR et la BJN) sont bien arrivés à démanteler avec succès depuis 2002 ( 132 ) cellules terroristes, dormantes ou éveillées. Par contre nos voisins algériens ne cessent de proliférer leur terrorisme pour l'exporter hors frontières et contaminer surtout la Tunisie, le Maroc, sans parler du Mali où ils possèdent déjà la grosse pépinière, matérialisant ainsi le proverbe arabe qui dit : إذا عمت هانت

                                                            .:.

            

    Cette banane est une pomme,  c'est le commerce d'illusion qu'exporte la diplomatie Algérienne.

                                                                                                 .:.

    En parallèle, la diplomatie Marocaine qui est une politique étrangère de raison que mène affirmativement notre pays pour être à la hauteur, que lui réserve la communauté internationale, veillait à :

    a) La supervision des grandes rencontres et conférences internationales du genre de la tenue du forum de Crans Montana à Dakhla.

    b) Le suivi des assises de dialogue inter-libyens à Skhirate prés de Rabat, loin de toute sorte de chantage  ou de provocation de la part d'Alger.

    c) Toutes conférences à caractère international, d'études, de tolérance et d'amitié qui se tiennent généralement à Marrakech et à Saouira.

    Tant que cette situation ne fait-elle qu'honorer le Maroc  et confirmer son respect par la communauté internationale, il serait indispensable de riposter, même en virtuel, aux agissements malencontreux de l'Algérie qui endosse à chaque fois l'échec de mauvais élève dans toutes ses initiatives par :

    «Lui riposter par tordre le bras qui lui fait mal, en évoquant la réouverture du dossier frontalier, pour entamer des pourparlers objectifs sur sa problématique ».  

    Polémique de diplomates..En effet, tout observateur crédible dans le monde ne peut que relever l'insignifiance du discours excessif Algérien. A l'escalade verbale de l'ambassadeur algérien au Caire en riposte à la déclaration de notre ambassadeur en Egypte Mr. Mohamed Saâd El Alami au sujet du Sahara oriental Marocain spolié par les Algériens,  je dois souligne, en tant que Marocain, par un trait rouge l’insignifiance, que revêt tout discours algérien à ce sujet, étant donné que le dossier frontalier est toujours en suspend.

    Dans une interview avec le journal égyptien "Achourouq", notre ambassadeur au Caire, n’a pas manqué l’occasion de recadrer la diatribe Algérienne ni mâché ses mots au sujet de la spoliation par l'Algérie des terres Marocaines constituant la totalité du Sahara oriental du Maroc.

    Les incessantes attaques verbales de la diplomatie Algérienne, depuis l’incident de tir à balles réelles sur des citoyens civils Marocains survenu le 18 octobre 2014 aux environs d'Oujda, aux frontières des deux pays, n’ont pas inspiré au diplomate Marocain, plus que de l’insignifiance que revêt la position Algérienne dans cette affaire.

    A son interlocuteur, l'ambassadeur Marocain Mr.Saâd El Alami, istiqlalien de tendance politique, a fait part de son sentiment sur une nouvelle demande marocaine pour l’ouverture de ce dossier épineux que l’Algérie estime clos. Le point de vue du Royaume du Maroc de revoir le traçage actuel des frontières avec l'Algérie a été dit et redit et nous nous Marocains en tenons à cela.

    Le reste de tout ce qui dit le régime algérien, c'est une mauvaise stratégie de l'escalade, une mauvaise stratégie de la tension, une fuite en avant qui ne servent ni les intérêts bien compris de voisinage, ni les intérêts d'aucun de nos deux pays.                                                                    

    En revenant à la lecture du ""zabor officiel algérien" dans ce sens depuis la guerre des sables en 1963, nous constatons que la diplomatie algérienne, voire le pouvoir algérien, avec toutes ses composantes, estime simplement que «l'Algérie n'est pas responsable des amputations des terres Marocaines par la France, ni des dommages territoriaux qui ont été infligés à la personne du Maroc en l'objet». 

    Elle juge encore à ce propos que : Pour l'Algérie la frontière avec le Royaume du Maroc, héritée de France est définitive et intangible et que les terres que réclament les Marocains sont des terres Algériennes auxquelles on ne peut toucher ou porter atteinte.

    Le maudit président algérien Houari Boumediane avait évoqué, au sens du fait accompli, l'affaire des frontières Algéro-Marocaines dans un discours prononcé à Colomb-Béchar en 1974, confirmant l'Algérisation officielle de la région qui constituera dorénavant pour son pays, le " grand sud-ouest de l'Algérie" (sic).

           Fichier:Colomb Béchar signalisation.jpg

                                                                   Colomb-Béchar

    A la fin de ce discours, un Cheikh notable (..) de la tribu Marocaine de Doui Menia lui répondait de manière intelligente, sans crainte ni cryptage, mettant ses paroles en doute..« Tafilalet c'est notre mère, le Guir est notre père..!».

    Cela dit en clair, qu'au fond de la population concernée (..), les gens de ce territoire sont spirituellement attachés à leur racine Marocaine d'origine et y resteront et qu'aucune autre nature ne peut priver leur attachement à ce vif sentiment d'affection, tant que les deux duos existent au sud-est actuel du Maroc, en l'occurrence :

    « le Tafilalet - Oued Guir d'une part - Oued Zelmou - Oued Ziz de l'autre », constituant tout simplement pour eux «la référence historique incontournables de leurs ancêtres».

    Cette affaire de frontières avec l'Algérie a donné lieu à une avalanche de commentaires et de positions algériens extrêmement négatifs parfois malvenus. Pour rappel, en 1999, Abdelaziz Bouteflika, alors candidat à la présidentielle algérienne l'avait citée lui aussi, au cours de sa compagne électorale à Colomb-Béchar, répétant le même disque, gravé rappelons-le, par les algériens à ce sujet, indiquant que l'appartenance de ce territoire à l’Algérie indépendante est irriguée du sang de leur " million et demi" de martyrs algériens (!).

    Pour donner d'autre part, reflet et crédibilité à ses paroles et enrouler en parallèle son opinion publique , il fait le déplacement à Adrar, cherchant ainsi la baraka de sa zaouya Marocaine,car le passage par la zaouia d'Adrar est obligatoire pour chaque président Algérien..!, c'est une invention algéroise pas une coutume à la  traditionnelle.

    Revoir, nécessité oblige..En ce qui nous concerne, nous simples Marocains, nous invitons nos politiques et la société civile Marocaine à ouvrir un débat national et exiger la réouverture de ce dossier avec l'Algérie pour réexaminer la Convention le 15 Juin 1972, et ce en position parallèle à la position officielle du moment concernant nos provinces du sud, avec l'incitation des acteurs des droits humains et la mobilisation des ONGs nationales, invitant les internationales à s'y intégrer en l'objet, pas pour faire du bruit à l'Algérie, mais pour résoudre définitivement ce problème qui bloque toutes les initiatives d'entente et de bon voisinage avec les Algériens.

    Dans une de mes précédentes notes arabophones, j'ai évoqué un certain nombre de faits historiques en particulier le rôle joué par le général Mohamed Oufkir en accélérateur de cet accord injuste, en soulignant que la convention était taillée à la mesure d'un chèque pétrodollars à "blanc" soumis par le maudit président Houari Boumediane à la disposition d'Oufkir, que la malédiction divine soit sur les deux, pour du coté Marocain, préparer cette convention, accélérer son approbation et sa mise en oeuvre immédiate. Ici je ne dis pas n'importe quoi, mes paroles sont bien mesurées et basées sur une réalité (..) qui n'est pas à la portée de tous.

    Pour remuer davantage la plaie Algérienne,  je reproduis ci-après un article écrit par Mr. Mohamed Louma qui, rappelons-le était l'un des UNFPISTES, du clan pro-algérien du Fkih Basri, de ceux qui se trouvaient en cavale entre l'Algérie, l'Irak et la Syrie lors de la préparation de cette maudite convention et probablement était parmi les conseillers les plus proches des auteurs et décideurs algériens de cet accord mascarade.

    Aujourd'hui après sa repentance,il se jette librement à la marrée de la large marge de liberté d'expression qui sévit au pays, il caresse sa mémoire, fouille dans ses bouts de papier d'épicier et dévoile la vérité qui entoure ce dossier brûlant, cette vérité qu'il avait négligé et bafouillé auparavant pour plaire à ses maîtres algériens.

    Lisez, à toutes fins utiles, ce qu'il veut dire par cet écrit qui dérange sûrement l'autre ambassadeur algérien à Rabat. Vous allez voir malheureusement, à la fin de son article, Mr.Mohamed Louma, qui fait largement l'objet d'autres notes dans le blog, nous rapporte une blague qui s'ajoute, entre autres, à sa mauvaise description de la capture par les Marocains de l’hélico algérien en octobre 1963 (voir la note arabophone intitulée الملف ألأسبوعي لجريدة المساء du 5/9/2014,

    Il parait que les primes qu'il aurait encaissé de l'IER (Instance d’Équité et Réconciliation) pour ses années de cavale qu'extrémiste en Algérie et en Syrie, lui donnaient un appétit enthousiasmé pour inviter les Marocains à capter les propos d'autrefois, du fait qu'il se trouve encore sous l'effet de l’anesthésie algérienne, plongé au cauchemar d'une époque froide, prévalue et périe, à l'instar de ses anciens maîtres, les gouvernants d'Alger.

    Le langage "Castro-Chavezien" constitue parait-il, pour lui, la plaque tournante et l'axe de ses centres d’intérêt, puisqu'il garde encore dans son esprit les pépins révolutionnaires périmés et dépassés il y a presque un demi siècle : "Gloire et Éternité à nos martyrs" disait-il. ( à ses martyrs à lui, pas à nos autres Marocains) (!).

    De même il n'en manque pas d'éloges pour exprimer son hommage à son "Algérie de révolution" qui l'accueillait en fugitif pour porter préjudice à son pays le Maroc. Allusion à ce que les algériens considèrent comme leur fameux "million et demi"  de martyrs (!). Il se réjouit en plus dans le même paragraphe et se déchaîne contre ce qu'il appelle le "Tabor l'khamess" français, l'insultant de  honte et de nudité, de même que les mercenaires des guerres coloniales qui disait-il, se juchent sur ses frères, Algériens, dans son Algérie de révolte!.

                                                         قضية الصحراء تثير سجالا بين سفيري الرباط والجزائر بمصر

    Le fait d'évoquer le problème du Sahara oriental Marocain, soit par la presse ou par les politiques Marocains provoque l'indignation des Algériens. Il y a quelque temps, une polémique comme vous allez le constater ici en «pages jointes», en colonne gauche de la page d'accueil est montée d'un cran entre les ambassadeurs, Marocain et Algérien au Caire.Pour ne pas donner de mauvaises traductions ou de déformer le contenu, j'invite mes chers lecteurs àlire les dépêches, voir des lettres arabophones libellées en l'objet,ainsi qu'une tweet spéciale d'un gauchiste repenti, devenu unilatéralement, du jour au lendemain, le conseiller gratuit, rapportées par divers médias.Page intitulée :        الحدود المغربية.الجزائرية : سجال  السفراء والواقع Découvrez-les et bonne lecture  

                      Cordialement,Chihab25