Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Algérie : Babak..ja..zayer ! : (un simple passant !).

                                                                    FLASH.. (6/12/2016).

    Après avoir consenti, voir épuisé tous ses efforts dans le dossier du Sahara Marocain, l’Algérie s'est réveillée à la dernière minute ! Les récentes percées Marocaines en Afrique de l’Ouest et les voyages successifs de Sa Majesté le Roi Mohamed VI dans les pays d’Afrique de l'Est ont semé un vent de panique à Alger où les décideurs, les  gouvernants  et les politiques ont pressé les entrepreneurs et les riches oligarques algériens à ne pas laisser les marchés Africains filer entre leurs mains.

    "Le pouvoir algérien, ayant senti le vent tourner en faveur du Maroc sur le continent africain, vient pour la consommation locale, de convoquer le 3 décembre un forum africain spectaculaire, dit-on, pour l’investissement (!)".

    En réalité le but a tenu une seule priorité : braquer les projecteurs sur l’Algérie. «Il n’y avait ni forum, ni invitation des pays africains, ni rien du tout» sauf une farce et une mascarade provoquées par le soi-disant co-organisateur Ali Haddad, homme d'affaires et ministre (pion du prince heureux de l'Algérie) et un troupeau de ministres avec leur chef qui se sont retirés fâchés de la salle sise au "Club des Pins à Alger",

    Une salle-conférence où se rassemblaient les charlatans de cette énième pièce théâtrale pour y valoriser le mirage de ce soi-disant forum, laissant hors couverture quelques pions noirs engagés par la diplomatie algérienne.

    Contrairement à ce que la presse algérienne a relaté, il ne s’agit guère d’une simple tension suscitée par un dérapage protocolaire d’Ali Haddad qui aurait mis en colère les autres ministres-organisateurs de ce Forum. Le problème est plus profond.Une guerre au sommet entre les oligarques et les politiques, rien ne va plus entre  Abdelmalek Sellal le premier ministre algérien et le patron des patrons algériens Ali Haddad.

    Ce dernier a bien décidé à jouer un rôle déterminant lors de la succession à Bouteflika, il refuse de financer la campagne du chef du gouvernement algérien pour succéder à Bouteflika à la présidence de l'Algérie.

    C’est l’image et l'anarchie d'une Algérie en panne. En Afrique cette Algérie veut damer le pion au Maroc, mais elle n'arrivera jamais! Tant que l'Afrique qui occupe actuellement l'agenda Royal, est une ambition Marocaine trop grande pour l'Algérie.

    La chose la plus sûre qui irrite davantage ces ingrats algériens, c'est que des journalistes étrangers,parmi lesquels Mr.Nicolas Beau du Mondafrique, disent haut que, je cite :  «Mohamed VI Roi du Maroc plus Africain que Marocain» (Regardez en bas ce que disent les algérien d'eux-même, de ce scandale dans une vidéo ).

                                                Urgent.. (9/12/2016)

    Remaniement ministériel en Algérie. Le rabbin de l'Algérie Ramdane Lahmamra visé, invoque sa haine contre le Maroc pour garder son poste.

    Le départementdu ministre algérien des AE, est la principale cause de l'échec de ce pseudo-Forum d'investissements organisé à Alger. Visé par un remaniement ministériel, ses ouailles invoquent son hostilité contre le Maroc pour son maintien au pouvoir. Bel argument d'hypocrite!

    Après le fiasco de cette mascarade, organisée les 3 et 4 décembre, l'heure est à la reddition des comptes à Alger. Dans le viseur, se trouve le très flamboyant le rabbin des Affaires étrangères,  Ramtane Lamamra, à l'origine de ce rendez-vous qui était supposé "contrer" l'offensive du royaume du Maroc en Afrique et montrer les ambitions économiques africaines d'une Algérie isolée.

    L'éventualité du débarquement de ce rabbin-ministre a été corroborée par le limogeage, lundi 5 décembre dernier, aussitôt après la baisse de rideau sur cette foire d'empoigne, de l'ambassadeur d'Alger en France, par le clan Bouteflika. «Une histoire de visas accordés aux invités étrangers par le département de Lahmamra sans que ce dernier ne consulte les départements concernés d'Alger», rapporte la presse algérienne. L'idée d'un remaniement ministériel s'est du coup emballée, amenant le très encombrant ministre à mobiliser ses ouailles médiatiques pour plaider son maintien encore à la tête des Affaires étrangères de l'Algérie.                                                              

                                                    Spécial Algérie : (vu l'importance)  

                  Alger est laissée seule avec son Polisario !

    Périple royal en Afrique: la Zambie, étape de tous les dangers

                        En marchant silencieusement vers l'Afrique, Sidna fait  tomber les remparts polisalgériens.

    Mise au point hypocrite..Le journal électronique algérien (AT) rapporte en urgence que : Le sommet arabo Africain, tenu en Guinée-Equatoriale, n’a pas vraiment eu lieu. La présence d’une délégation du Polisario a provoqué le retrait des pays du golf et Africains. Il ne reste pour ce sommet que Alger, son Polisario et quelques pays Africains qui n’ont aucun poids politique ni économique. Un pareil sommet Arabo-Africain vaut rien du tout en l'absence des principaux bailleurs de fond arabes des pays du Golf. (Un énième échec algérien, un coup d’épée dans l'eau).

    Le Maroc, l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, le Yémen, la Somalie, le Qatar, le Sultanat d’Oman, la Jordanie et les Emirat-Arabes-Unis et d’autres pays se sont carrément retirés et ont exigé le départ du Polisario de ce sommet, une organisation paramilitaire financée par Alger laquelle n’a rien à avoir avec les aspirations des populations du sud du Maroc. Un coup dur pour Alger. Le Maroc démontre sa Supériorité et sa Domination politique,économique et religieuse sur le continent Africain. On ne sait pas pour quelle raison Alger, voire nos dirigeants continuent toujours à perdre leur temps pour une cause qui n’existe pas.

    Alger et son Polisario restent ainsi la cause du blocage de l’Union Nord Africaine, de l’Union Africaine. Le venin de Boumediene sévit encore. C’était lui qui avait créé le Polisario. Lorsque l’Espagne occupait le sud du Maroc, aucun algérien ne se souciait de son indépendance. Après le départ de l’occupant et la récupération du Maroc de sa région du sud, Boumediene leur a créé le Polisario. Une organisation anti-Marocaine jusqu’à la moelle. Le Polisario est mort politiquement. Alger continue pratiquement à jeter des fortunes pour rien, le temps où une grande majorité du peuple algérien rencontre trop de difficultés pour subvenir à ses besoins de vie digne.لسان حال الجولة الافريقية لجلالة الملك محمّد السادس: القافلة تسير وتتقدّم في كلّ الاتجاهات « والكلاب تنبح» ... فشلت القمّة ونجحت الجولة

    Le Maudite..Le journaliste qui a écrit l'article ignore certes où fait-il le semblant. «Quand on évoque le nom de ce Boumédiane, les sages qui le connaissent bien disent : «Le maudit soit-il Boumédiane» pour beaucoup de raisons. C'était une personne vouée à la damnation éternelle, une personne réprouvée, mise à l'écart par la société silencieuse des élites en Algérie et ailleurs. En preuve, un certain A.Soltani, se disant ancien Moujahid algérien parle de ce faux-symbole aux yeux des dupes algériens et écrit entre autres, ce paragraphe par lequel il commence son témoignage sur ce maudit  en 2 parties :

    «Je ne sais quelle est la définition d’un homme d’Etat. Mais Boumediene n’était pas un Homme d’Etat et n’avait jamais construit un Etat car l’Etat, si Etat est, doté d’institutions solides, survit aux hommes comme a survécu la 5ème République Française fondée par un véritable Homme d’Etat, le Général de Gaulle, après son retrait des affaires, quoique je n’ai jamais cru à l’homme providentiel. Qu’a laissé Boumediene après sa mort à part un système de cooptation et de clientélisme qui perdure à ce jour et dont on mesure à présent les dégâts immenses causés depuis 1962, y compris le président locataire actuel  du palais d'ElMouradia, qui fait blocage à toutes ambitions de vie normale des algériens, en politique, en économique et en social?»

    D'autre part,le Kenya, rappelons-le, qui fait partie de l'axe du mal (Alger-Prétoria-Abuja) au même titre que la Zambie et le Zimbabwe, aura certes, un poids différent des autres dans son entourage géographique en Afrique subsaharien. Sa ministre des affaires étrangères, qui pour justifier aux algériens la consommation de son pays de l'offrande-pétrodollars algérien, elle vient tout juste d'annoncer, en  guise de soutien à la thèse algérienne, que, si le Maroc veut réintégrer l'UA, il sera le 55ème pays membre au sein de l'organisation et sur "même pieds d'égalité" avec ce qu'elle appelle "république sahraoui!"et que celle-ci a le plein droit d'y siéger à part entière à l'UA comme tout autre pays africain et personne ne peut dire autrement(sic).

    Le roi Mohammed VI accueilli à l’aéroport international d’Ivato par le président de la république malgache, Hery Rajaonarimampianina. PRM

                                                     Sa Majesté le Roi à Madagascar

    Introduction qui vaut = Allah yahfad Sidna..Je commence tout d'abord par le sujet qui brûle actuellement les nerfs, les cœurs et les corps des gouvernants algériens endommageant toutes leurs cartes de jeu diplomatique.

    Le moment où toute la racaille de Ramdane Lahmamra vit sur les nerfs, entre le marteau et l'enclume de la visite Royale en Afrique de l'Est. Sa Majesté le Roi a conclu, ses visites officielles dans ces deux pays lointains en l'occurrence Ruanda et Tanzanie. Une région qui fut jusque-là, inaccessible pour le Maroc. Une portion importante d'Afrique se trouvant à 9 milles Kms à conquérir par le Royaume en raison de sa non présence diplomatique, économique, culturelle, historique et religieuse.

    Ces visites officielles inédites ont permis de poser les jalons d’un partenariat stratégique en Afrique de l’Est et Australe fondée sur les principes du co-développement dans le cadre de relations Sud-Sud “gagnant-gagnant”. et sceller une victoire diplomatique retentissant du Royaume dans cette partie de l'Afrique.

    Le tas d’accords signés par le Maroc avec ces deux pays atteste que le Maroc est mieux perçu par les pays africains qui ont nettement compris que certaines puissances avaient une politique de piller les richesses africaines,  contrairement à la politique africaine du Souverain qui veut que l’Afrique se développe avec les africains et par l’union des africains pour le bien des peuples africains frères.

    Une politique africaine à la Marocaine dans laquelle chaque pays apporte quelque chose dans le cadre de ces partenariats, loin du bla-bla de la machine algérienne qui explore le mauvais temps Africain et qui, par sa mauvaise gouvernance étrangère, s'est vue plongée dans l'anarchie et le désordre. Tandis que le Maroc apporte son expertise dans de nombreux domaines à l'Afrique et bien entendu il prendra aussi ce que peuvent apporter ses divers partenaires africains. Sachant que la stratégie du Royaume pour l’Afrique recouvre de multiples domaines.

    Les pays africains ont bien saisi la sincérité de la démarche de Sa Majesté le Roi qui souhaite un renforcement de la coopération et de la coordination afin de faire face à l’instabilité croissante née de la poussée de l’extrémisme violent et de sa collusion avec les défenseurs des idées séparatistes et de l’intensification de la criminalité transnationale.Une poussée parrainée, financée par le pétrodollars algérien pour isoler le Maroc de son espace Africain en créant le problème du Sahara Marocain

    Le Maroc, n’en déplaise à certaines parties africaines induites en erreur par les adversaires traditionnels du Royaume, est un pays qui a toujours revendiqué, haut et fort, son Africanité, dont il est fier de son héritage séculaire. Les visites officielles Royales en Afrique de l’Est augurent un retour très souhaité du Maroc au sein de l’Union Africaine, par la grande porte et affichent la volonté sincère du Maroc d’être le hub africain de l’investissement et de la finance.

    N’en déplaise aux ennemis acharnés du Royaume,à leur tête la présidente "accidentellement" actuelle de la Commission Africaine, la Sud-africaine,l'inique Dlamini-Zuma. Malgré la haine que porte gratuitement cette femme contre le Maroc, le Royaume a gravé dans le marbre un succès diplomatique et économique à travers ces visites Royales historiques. 

    Et d'ailleurs, c'est pour sa mauvaise vie et mœurs et pour sa dépendance abusive aux hommes qu'elle a été divorcée par son Jacob Zuma,le président Sud-Africain,. Et depuis, elle cherchait de quoi mettre son dos. Mais elle ne trouvait qu'un mur algérien fragile, bourré de propagandes et de déformations, n'ayant pas de normes crédibles pour parrainer une femme perdue à cause d'une répudiation violente.

    Pour ceux qui ne la connaissent pas, il s'agit d'une femelle-doog noire, dressée spécialement par le pétrodollars algérien pour nuire au Maroc dans son affaire avec l'Algérie. Pense-t-elle, en contre partie, avec ses commanditaires Algériens, au lieu de plaider pour une affaire mirage perdante, d'aller soutenir ou de faire le semblant de tirer du pétrin son ex-Jacob Zuma, trompé jusqu'aux sourcilles dans la corruption,. Nous le voyons aujourd'hui menacé par son peuple d'en finir le grand soir de sa vie dans la cellule-apartheid où feu Nelson Mandela avait passé la fleur de sa vie.                                                                                  

                                                                           5437685854_d630fceaff_b-

                                                                                La fameuse Sud-africaine Dlamini Zuma

    Commission de l’UA.. Le cabinet de la présidente de la commission de l’UA se trouve à Alger. Les décisions de la Dlamini Zuma se mijotent dans le ministère algérien des Affaires étrangères. Pour preuve, avant même que le Maroc ne dénonce, l’obstruction de sa réintégration à l’Union africaine par Zuma et le manque de neutralité criant de cette dernière, des responsables algériens se sont exprimés dans la presse de leur pays pour dire tout haut ce que la présidente de la commission de l’UA a communiqué discrètement au Maroc.

    Un diplomate algérien a annoncé que la demande Marocaine de réintégrer l’UA devrait faire l’objet d’un «examen politique avant de statuer sur sa recevabilité ou non». Et d’ajouter: «Il va falloir que le Maroc clarifie sa position à l’égard des principes et valeurs de l’Union africaine notamment sur la question du respect des frontières héritées du colonialisme».

    «En fait, c'est le grain de sel et le piment piquant qui font trop de mal à la gorge des Algériens, et c'est aussi le but "non atteint", qui provoque à l'Algérie trop de malaise depuis sa naissance césarienne en 1962, voire, si en se réfère au titre de la note, depuis leurs présidents-bâtards H'mimed Benbella, le maudit Boukharouba et ce salaud-ingrat dit Bouteflika».

    Le retour du Maroc au sein de l’Union Africaine devient une préoccupation obsédante pour Alger. Pour s’en convaincre, rien qu’à observer la fièvre qui s’est emparée de la machine diplomatique algérienne ces jours-ci, puisqu’elle ne recule même plus devant les méthodes les plus éculées pour tenter d’enrayer une dynamique Marocaine qui est en train de laminer sa créature,le Polisario.

    Ramdane Lahmamra n’a pas hésité à défier le ridicule pour réunir précipitamment un colloque à Alger, auquel il a accolé le qualificatif pompeux d’international. Pour la consommation locale le rabbin algérien de la diplomatie d'autruche a choisi le thème pour cette rencontre, qui s’est déroulée le 29 novembre à Alger dans l’anonymat international le plus complet, n’est pas moins ampoulé: «contribution de l’Algérie à la décolonisation en Afrique», sortant subitement de la grotte pour prendre et employer encore la lourdeur des textes périmés de la guerre froide.

    Le simple observateur que je suis, enregistre clairement que les manœuvres continues de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine, qui tente de contrarier la décision du Maroc de regagner sa place naturelle au sein de sa famille panafricaine sont commanditées par la diplomatie algériennes. Et pour cause, en plus du problème du Sahara Marocain que les algériens ont créé en toutes pièces, Alger craint ouvertement les revendications Marocaines légitimes concernant ses territoires spoliés de son Sahara oriental, que les Algériens et la radio Medi1 aussi considèrent vachement aujourd'hui comme : "le Sud-ouest algérien y compris Tindouf.??".
     
    Ainsi, on voit que le rabbin Lahmamra court contre la montre, chuchotant à l’oreille de cette esclave d'Alger - la dame Zuma - ce qu'elle doit dire à l'encontre du Maroc et lui cache la douleur qui pèse sur Alger, constituant sa principale préoccupation dans tout ça, en l'occurrence la crainte des Algériens de «voir le Maroc ouvrir un jour, le dossier concernant les terres Marocaines héritées de France pas les algériens. Ce dossier que le Maroc a ajourné à l'avenir pour en discuter avec une Algérie crédible, procréant pour la circonstance et pour toute circonstance des hommes d'Etat dignes du terme, tant qu'il a en sa possession ses preuves réglementaires, historiquement accablantes».
     
    C'est pourquoi le rabbin de la diplomatie algérienne qui a du plomb sur l'aile joue toutes ses cartes, et certes pas les dernières,tout en poussant sa dame-esclave à demander aveuglement au Maroc de «reconnaître le principe du respect des frontières héritées du colonialisme». A cet effet, il est tout simple à tout observateur de remarquer qu'Alger, par ses multiples acrobaties diplomatiques malencontreuses, dévoile de plus en plus son double-visage sans pouvoir cacher : «Pourquoi elle s'en fuit en avant et tient acharnement à ses compagnes d'hostilité et de haine contre le Maroc».

    Quant à la Zuma, elle n'en fait qu'à sa tête, ou plutôt à sa poche, elle  signe et persiste contre la raison. Et peu lui importe que le Maroc ne se laissera pas faire, ce qui l’intéresse pour l’instant c’est ce qu’elle encaisse dans sa poche pour bien assurer sa retraite ou aller se postuler contre son ex-partenaire conjugal pour accéder au pouvoir au pays du feu Nelson Mandela.  

    En fin de compte, elle obéira tôt ou tard, à la raison et à la volonté Marocaine, tant qu'elle est manipulable au service de ses maîtres d'Alger. Le mois de Janvier 2017 qui le mettra à la porte n'est pas loin. A ce moment-là on verra que le soutien qu'elle portait au mirage algérien ne pourra l'épargner du mauvais accueil par Alger après expiration de sa validité et de son éjection du cercle de décision de l'UABonne continuation. Chihab25 

    Lire la suite