Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes écrits - Page 4

  • Algérie : Projet Solaire "NOOR" et le TGV, « encore du mensonge de la série...?»

     

     S.M Le Roi Mohamed VI à sa gauche : Le ministre Chilien, Ségolène Royal et José Manuel Garcia-Margallo.

                                   Le mensonge de la série est toujours algérien....

    Ce n'est pas surprenant d'apprendre chaque jour des attitudes malencontreux émanant des algériens, on a l'habitude d'entendre des fausses sorties médiatiques ou des actions diplomatiques, destinées en général à faire illusion, à tromper le consommateur algérien de l'information sur les forces et les possibilités réelles de l'Algérie ?. Dans le dictionnaire, l'explication du mot "mensonge".. Est une action de mentir, de déguiser, d’altérer la vérité. Donc le mensonge sert de fonctionnement et de fondement à la politique algérienne envers le Maroc.

    Pour se soulager et se rafraîchir de la douleur que lui a causé l'électrochoc de l'inauguration par «Sidna Allah Inassrou» de la Centrale solaire "Noor1 à Ouarzazat, le pouvoir algérien fait  circuler actuellement,par mauvaise providence, une de ses anecdotes, dans la tentative de détourner, comme à l'accoutumée,  l'opinion publique locale algérienne du blocage politique qui sévit en ces moments en Algérie et chercher, par tous les moyens, à minimiser l'ampleur des succès politiques et économiques qu'enregistre le Royaume du Maroc, tentant d'en porter préjudice à sa brillance dans toutes les instances internationales, de manière à faire éclipser le soleil par le tamis .

    Un algérien (!) qui se trouve actuellement au sud est du Royaume en visite familiale, venant de la ville Marocaine de Colomb-Béchar dans le Sahara Marocain oriental spolié, un dingue "Algérienisé", sans se rend compte, par l'effet de la rente et se croit qu'il est vraiment Algérien d'origine. Je souligne sous la Marocanité de cette ville, tant que cela fait énormément du mal aux algériens. Je ne peut interpréter la présence de ce type au Maroc comme étant " agent secret" à part entière, substituant les services secrets algériens du général Bachir Tartak, le nouveau patron de l'ex-DRS. Il a tout simplement trouvé la porte de la générosité Marocainne ouverte et  est entré.

    Je crois que celui-là, soi par curiosité ou par orgueil qui entache généralement l'esprit de l'être algérien, laisse entendre par discussions démesurées devant ses accueillants qui l'écoutaient avec moquerie, que, je cite : Les projets solaires en cours de réalisation au Maroc étaient au premier lieu «des avant projets proposés à l'Algérie par l'UE" (tels que!) Mais l'Algérie ne les voulait pas, elle les a refusé en terre algérienne en tant que tels!».

    Les algériens sont modelés, de nature, de la même pâte. Un autre charlatan, un prétendu opposant algérien vivant à l'étranger était en train de blâmer le trio de généraux ( Mohamed Lamari, Khaled Nezzar et Larbi Belkheir) pour avoir offert à l'Algérie un cadeau-poison en ramenant Bouteflika à Alger, avant de critiquer la mauvaise gouvernance et la politique de ce dernier sur les ondes d'une chaîne-tv satellitaire algérienne privée, émettant de Londres.

    Au cours de son intervention il a fait glisser entre autres, ce qu'il croit, je cite : Le projet de TGV Marocain a été proposé à l'Algérie par l'UE avant le Maroc, mais Bouteflika l'avait rejeté pour sa complexité technique d'une part et que l'Algérie n'en a pas besoin d'autre part, sous prétexte qu'elle a suffisamment de réseaux routiers et d'autoroutes. Suffisamment bien sûr..(!) avec celle qu'on appelle "autoroute est-ouest" réalisée dans l’imaginaire.

    En fait, je me honte en parallèle, de répéter le mot "général" en parlant chaque fois de ce genre de caporaux Gaulistes, surtout, que l'ex-chef de gouvernement Algérien à l'époque du président Chadli Benjdid, Mr. Abdelhamid Al Ibrahimi qui s'exprimait, tout récemment dans un journal algérien, dévoilait haut et fort, que les ex-hommes forts de l'Algérie que personne en Algérie n'osait, il y a peu de temps avant, désigner du doigt, en l'occurrence les généraux..

    -Mohamed Médienne, alias Toufik, qui disait-il, était au moment de la révolution algérienne de libération «qu'un éplucheur de pomme de terre et de carottes aux Moujahidine, de même que le -Khaled Nezzar l'ex-ministre de la défense, n'était pas déserteur de l'armée Française comme il le prétend,  il se chargeait en qualité impropre, de sales missions par les autorités coloniales, lors de la guerre de libération en se rendant aux frontières-est de l'Algérie».

    Si telles sont les rares confidences dévoilées, à ce jour par Al Ibrahimi.! Moi j'ai de l'appétit de ma part d'ajouter à cela, que -Mohamed Lamari qui a succédé à Nezzar à la tête de l'armée Algérienne était lui, durant cette période pénible de l'Algérie un simple lecteur et poteur de lettres familiales dans les camps des réfugiés algériens au Maroc. Le moment où les ténors de la révolution étaient, soi des collecteurs de reconnaissance au profit de la cause algérienne à travers le monde, à l'instar de ce que faisait l'Algérie pour le polisario, soi des instigateurs et partisans raisonnables, incitant la France  à des négociations concrètes devant aboutir à l'indépendance. 

    A noter que durant la guerre de l'Algérie, la France avait injecté 14 éléments sous-officiers (sergents et caporaux devenus après les généraux de l'Algérie) pour percer la révolution algérienne et suivre son évolution politique ou dévouer,à chaud, les activités des "fellaga". Et s'est fait, mission accomplie avec satisfaction à l'insu de "l'intelligence égoïste!" , par laquelle les algériens nous montrent leur talon  de haine aujourd'hui et  nous embêtent.

    Esprit d'une presse jetable..En feuilletant les dépêches de l'APS (Agence Presse Service) la source officielle algérienne qui a le pouvoir de diffuser les conneries de la politique du pouvoir en place à Alger et le relais pour divulguer, en toute connaissance, les inventions de la diplomatie de Ramdane Lamamra sur le Maroc, on n'arrive pas à trouver de signes - même non importants ou diffamatoires - sur les projets solaires Marocains d'Ouarzazat, cela étant prouve que les algériens se gênent énormément de toute gloire ou progrès enregistrés par le Maroc. Par contre, les agences internationales de presse qui respectent la déontologie ont largement parlé de cet événement particulier et ont même fait des éloges au Maroc qui, je cite : «a confirmé sa capacité de tenir le COP22 à Marrakech en Novembre prochain».

    Mais, ce que je pense, les algériens, le peuple algérien, je veux dire, sait très bien, malgré l'opacité officielle y afférente et les déformations dont il est victime, que le Royaume du Maroc est bien sur les bonnes railles et que sa locomotive n'a besoin ni de Sonatrach, ni d’hydrocarbures pour atteindre les bonnes gares.                .

    Pour éclairer les lecteurs algériens qui font refuge aux médias Marocains pour s'enquérir de la réalité des choses qui entourent leur environnement je reproduis ci-après quelques passages d'informations et de réalités ayant trait à l'événement de l'énergie solaire au Maroc..

    Je n'aurais pas besoin évidemment de le rappeler aux Marocains, mais je le ferai à qui en aura besoin des autres : La première centrale du complexe solaire « Noor-Ouarzazate » a été mise en service officiellement le 4 février par le Souverain, qui a également lancé les travaux de réalisation de la 2è et 3è centrale. Un complexe solaire, l’un des plus grands au monde de par sa capacité et sa superficie, dont les travaux de réalisation avaient été lancés en mai 2013.

    D'une capacité pouvant atteindre 160 MW, la première Centrale du Complexe Noor Ouarzazate (Noor I), adopte techniquement le procédé de production dit IPP (Independent Power Producer). Cette centrale, développée sur une surface d'environ 480 hectares, fait appel à la technologie thermo-solaire à capteurs Cylindro-Paraboliques avec une capacité de stockage thermique prévue de trois heures à pleine puissance.

    Si cela gêne davantage nos frères ennemis algériens, je ferai Cap sur Noor II et Noor III.. Dans le cas de Noor II, il est basé comme pour son frère aîné et sera doté d’une puissance de 200 MW et Noor III 150 MW. Coût prévu pour les deux s'élève à : 1460 millions d’euros . Outre le plan du complexe "Noor-Ouarzazate", prévoit la construction d'une série de centrales solaires à Midelt, Laâyoune, Boujdour et Tata, pour une capacité minimum de 2.000 MW. Et c e n'est pas tout, il y aura aussi une dernière tranche de ce Complexe (Noor IV) qui sera développée sur une surface d'environ 210 ha en utilisant la même technologie photovoltaïque, avec une puissance minimale de 70 MW. 

    Ces projets ont également été l'occasion d'activer les leviers de développement socio-économique dans la région à travers la mise en place d'actions dans la santé, l'éducation, l'agriculture, l'entrepreneuriat et l'animation culturelle et sportive, pour un budget estimé à plus de 65 millions dirhams, engagé par l'AMES (Masen) et Acwa Power. Ainsi, plus de 20.000 personnes ont pu bénéficier de ces mécanismes de solidarité, plus de 30 douars ont pu être alimentés en eau potable et 4 d'entre eux reliés au réseau routier national, réduisant ainsi leur désenclavement territorial.
     
    En l'absence du feue Mme Zoulikha Nacri , la conseillère du Roi dans le domaine sociale, décédée tout récemment qui, dans son vivant supervisait de l'intérieur du palais les projets INDH de proximité pour les démunis, la vie continue pour y procréer le maximum de dignité à la population locale et environnante de ce grand projet qui s'ajoute spontanément au fruit des Grands Chantiers meublant le Royaume.Cela étant ouvre d'autre part, un autre volet, à valeur ajoutée, au programme nationale l'INDH de Sidna, dont l’exécution est confiée à l'échelon national à la gouverneur Mme EL Karmaei,  et sans Sonatrach qui donne fortement ailleurs l'appétit à la corruption.
     
    Ils ont dit.. Parmi les témoignages émis à cette occasion par diverses personnalités étrangères, dont Mme Ségolène Royal, la ministre Française de l'Ecologie,du Développement durable et de l'Energie qui a assisté à l’événement au coté de Sa Majesté le Roi qui n'a pas manqué de déclarer que : La lutte contre le changement climatique est bel et bien possible puisqu'il y a des pays comme le Maroc qui sont déjà à l'avant-garde et que ce projet Noor-I  est une avancée technologique et un pas important vers l'indépendance énergétique du Maroc..
     
    Pour ce qui est du chef de la diplomatie Espagnole Mr. JMG-Margallo qui a pris part lui aussi à cette cérémonie, il a témoigné de la façon suivante : "La première centrale du complexe solaire "Noor-Ouarzazate", inauguré jeudi par Sa Majesté le Roi Mohamed VI, représente "le meilleur exemple de la coopération et la complémentarité économiques entre le Maroc et l'Espagne", ajoutant que la réalisation du quelle ont contribué des entreprises espagnoles, illustre aussi l'engagement international en faveur des énergies renouvelables.

    Évoquant le plan ambitieux du Royaume en matière d'énergies renouvelables, le ministre Espagnole a indiqué dans des déclarations rapportées par l'agence EFE que le pays ibérique tient à être présent aux côtés du Maroc dans la mise en œuvre de ce grand chantier d'envergure. Rappelant que l'Espagne est le premier partenaire commercial du Maroc, il a relevé aussi que l'objectif des grandes entreprises de son pays consiste à prendre part à la réalisation des grands projets à forte valeur technologique initiés par le Royaume du Maroc".

                    Le plus grand complexe énergétique du monde est Marocain.                                                                                                                                                                                                                                                                                              soleil

    Pourquoi le Maroc réussisse?.. D'autre part, je souhaiterai dans ce volet que les lecteurs algériens fassent, avec raisonnement et fideleté, la différence entre ce qui se passe en terme de gèle dans leur pays et entre le Maroc

    En ce mois de février sera marqué le jour des cinq ans du Printemps arabe, version marocaine. Le royaume étonne encore, comment, non seulement il a pu y survivre, mais comment il a su en profiter.Le 20 février prochain, sera le jour du 5e anniversaire du lancement du printemps arabe version marocaine, lequel il s’est distingué des autres, par son caractère pacifique et ses revendications mesurées. 

    Le printemps arabe, qu'on, qualifie de "première révolution de la mondialisation" et qui a viré à l’hiver chaotique, dans presque tout les pays de la région, a eu sur le Maroc un tout autre effet. En effet, le Maroc, 5 ans après l’éclatement de cet événement, inscrit définitivement dans l’histoire, semble, et de loin, être l’exemple de la réussite post-printemps arabe, la plus aboutie.

    A ce propos, on dit, que de tous les pays du Printemps arabe, le Maroc parait celui qui offre et s’offre les meilleures garanties de stabilités à moyen-terme. On ajoute aussi que cela est fruit d’une stratégie que Sa Majesté  le Roi Mohamed VI que Dieu l'assiste a pu patiemment et sur de longues années, tisser. Ce grand Maroc de Mohamed VI, vaque à cultiver, Dieu merci, son image d’archipel de stabilité et d’îlot d’attractivité économique, au point de <se rêver sérieusement en puissance émergente et force régionale> selon les termes de Mr. Abderahim Manar Slimi, chef du Centre Marocain d'Etudes Stratégiques  à Rabat.
     
    Le Souverain a pu, le jour de l’éclatement du Printemps arabe, compter sur le mûrissement des fruits des changements qu’il a paisiblement amorcé depuis son avènement sur le trône Alaouite de ses ancêtres en 1999. Il a réussi de même à installer au Maroc un ‘Modus Vivendi’ apaisé qui a permis, politiquement toute les alternances, en témoigne la relation décomplexée installée entre le Palais et les islamistes modérés du Docteur feu  Abdelkrim El Khatib, ceux du PJD Marocain, qui gouvernent depuis janvier 2012. Au-delà du principe démocratique et de l’impératif du résultat électoral, le Souverain, en préservant la stabilité gouvernementale sous direction ‘islamiste’, il a fait, très certainement, montre d’une compréhension pointue de la situation révolutionnaire couvant dans la région selon l'esprit jeune de Roi prometteur.

    En jouant plus vite, ce Roi génie a fait du printemps arabe à «la Marocaine», explique, Mr.Bertrand Badie,un politologue Français comme, je cite : ‘« Une révolution pacifiste a un contenu populiste, et les mouvements de ses islamistes et manifestants de la rue ont été les supports de l’expression populiste dans son royaume; ils sont l’affirmation identitaire qui est inséparable des aspirations à l’égalité et à la dignité. Bref le Roi Mohamed VI, par son sixième sens, a choisi la cohabitation et la concertation qui épousent le mieux et le besoin du moment».  
     
    A la nette différence d’une -Algérie immobile, inquiète et inquiétante-, d’une -Tunisie au bord de l'implosion-", d’une -Egypte où on reconstruit l'Etat d'autrefois- et d’une -Libye dystopique et disloquée qui s’efface de la carte-.Sans parler de l'incertitude qui souffle et ravage les pays des merveilles d'autrefois - l'Irak, la Syrie, le Yémen - et le malheureux Liban (l'ex-pays de la cohabitation ethnique) qui plonge actuellement dans l'anarchie, depuis l'assassinat en 2005 par le pouvoir de Damas du Sunnit feu Rafiq Hariri, souffrant en causes, de diverses morsures venimeuses que lui provoque, sous la parapluie "perse', la vipère qu'il a enfantée durant les temps fortuits (le Hizb Echeitane et son maudit-Chiite Hassan Sakhtt allah.
     
    Sans commenter bien évidemment, la mort-clinique d'une Mauritanie perdue dans les pâturages de ses ancêtres, conduite au jeu de putschs par un lauréat de l’Académie Royale Militaire de Meknes, le gendre-bougre du Maroc, un dénommé Mohamed Abdelaziz, après que le destin, non contraignant, de cette Mauritanie était sévère en quelques sortes avec ses leaders pour les enterrer, sans clémence ni regret. Il s'agit bien des faucons fondateurs de la renaissance de Mauritanie comme : Mokhtar Old Daddah, -Hamdi Old Mouknas, et les partisans du rattachement de la Mauritanie au Maroc en l'occurrence.. MM.-Hourma Old Babana, -Deye Old Sidi Baba, et Mohamed Fal Old Oumeir, l'émir influent  des trarza, assassiné par injection mortelle à l’hôpital d'Atar. Quel triste paradoxe?  
     
                                                                                                                 -=oOo=-
     
    Je m'excuse pour cette photoshop que je n'ai pas faite? elle est choisie du répertoire du journal électronique algérien, "Algériatimes". La photo est très significative, je la reproduis (telle quelle) sans commentaire puisqu’elle est  le porte-parole de l'Algérien qui se dresse derrière les coulisses.
                         IMG_87461-1300x866

    Et pendant ce temps-là on polémique en Algérie.. On polémique encore et toujours sur la succession du prince Mario d'Oujda, sur le chiffon-papier constitutionnel et sur la nécessaire ouverture économique et on accuse les lobbies, la main étrangère (la France et le Maroc) les sorcières et tout qui bouge hors du cercle du pouvoir algérien de s’emparer du temps de l'Algérie.

    La classe dirigeante se déchire, s’insulte et se fait la guerre par médias interposés au lieu de se concentrer sur sa mission fondamentale : combattre pour promouvoir une vraie démocratie, développer l’Algérie, la faire sortir de l'impasse. Dans ce pays, le statu quo se perpétue à travers une nouvelle pièce théâtrale dite "constitution" qui, pour bitumer et sécuriser la voie à l'heureux prince de l'Algérie, le frère du prince Mario, exclut ouvertement les compétences algériennes établies à l'étranger (binationnaux) et renforce le pouvoir présidentiel au détriment des contre-pouvoirs.(Ali Benflis et  l'opposition qui s'impose en vain en Algérie).

    Ici au Maroc, on a ni pétrole ni gaz, malgré les allures modestes d'assurance de Mme Amina Ben Khadra et encore moins de réserves de change qui se chiffrent à plus de 200 milliards de dollars, selon les chiffres de Mr. Jouarhri, le patron de la Banque du Maroc . Mais, nous sommes un pays musulman, arabe, berbère et Africain, exactement comme l'Algérie, le développement chez nous est une affaire de principe, elle est prise très au sérieux : le premier TGV marocain doit dans un premier temps permettre de relier la perle du nord à la base de l'économie Marocaine, le fief des hommes d'affaires, d'une distantes de 350 km, en 2h10 contre 4h45 aujourd’hui. “Chaque rame pourra accueillir 533 voyageurs, dont 121 en première classe”, a souligné lors des essais ces jours-ci, le directeur de projet de la LGV ( Ligne à Grande Vitesse), le surnom du TGV Marocain.  Ce projet a mobilisé  l’équivalent de 2 milliard d’euros.

    Et le Maroc ne s’arrête pas encore là. Durant cette même semaine, on vient de voir, il a lancé en grande pompe la plus grande centrale solaire au monde ! Plus de 800 personnalités étaient présentes, ce jeudi 4 février,à la cérémonie d’inauguration de la centrale thermo-solaire Noor 1 à Ouarzazate, la première unité d’un grand complexe appelé à devenir le plus grand du monde. Ce complexe s’étend sur 3 100 hectares. Soit une superficie de 3440 terrains de football et il va éclairer un million de foyers Marocains dont la majorité du monde rural. Grâce à ce projet, 52 % des besoins énergétiques du Maroc proviendront des énergies renouvelables à l’horizon 2030. Et en Algérie, on continue à gaspiller de l'argent algérien pour soutenir une affaire perdue de séparatistes Marocains, à dépenser des milliards pour exporter un pétrole algérien pourri, voir moisi, dont les prix chutent vertigineusement.

    Les investisseurs étrangers boudent l’Algérie..Le mensonge n'est pas de la vertu des Marocains, on'invente rien sur l’Algérie. C'est les Algériens qui s’expriment à travers n'importe quel moyen. Aujourd'hui un journal électronique algérien vient de nous apprendre que le peu d'investisseurs étrangers qui s'y installent en Algérie désertent l'Algérie, ce pays qui inquiète à cause du dinar Algérien qui poursuit sa dégringolade en parallèle avec la chute des cours du pétrole et une économie algérienne en crise.

    Ainsi dans Square au port d'Alger qui fait office de bourse de change parallèle, l'Euro, rapporte ce journal, est proposé à 192 dinars algériens. Chez nous au Maroc, à la banque : 1 dinar-dz est égal à 1 dirham ou presque - 1 Euro pivote entre 10 et 11 dirhams environ.Dans le noir et sous manteau à l'oriental, à l’aéroport Mohamed V et à Casablanca 1 dh vaut 100 dinars Algériens .Donc c'est une chute vertigineuse du dinar "Al 3izza wal karama!", la devise nationale de la "force régionale"?. Face à l'incapacité de l'Algérie à aller vers une véritable diversification de son économie et à lutter contre l'informel,la dépréciation du dinar apparaît comme la seule solution technique, à la portée des autorités algériennes pour réduire le déficit et freiner la consommation abusive des algériens et faire de même pour les importations.On registre de ce qui précède, une nette réalité que le tamis algérien de mensonge, même s'il peut cache le soleil, ne peut cacher en substance la chute du dinar et que l'économie algérienne de rente est belle est bien en chute libre.

    Dans ce contexte un rapport de la Direction du trésor Français relève une forte baisse des investissement directs étrangers en Algérie, particulièrement les Français. Depuis 2012 les groupes Français n'investissent plus en Algérie. Et les autres étrangers suivent, vu que c'est généralement la France qui montre le chemin à suivre.

    Deux éléments, ajoute le journal, pourraient être derrière la perturbation des investisseurs : l'insécurité qui perdure au pays depuis la décapitation du Français Hervé Gourdel en septembre 2014,  la maladie de Bouteflika et son hospitalisation répétée en France. Cette situation a montré la fragilité du système et suscite des interrogations sur la succession de Bouteflika. Des interrogations qui restent d'actualité et laissent beaucoup à désirer.

    En plus de la détérioration du climat économique en Algérie, à cause de la chute des prix du pétrole, les investisseurs étrangers risques d'être refroidis par la multiplication de rapports inquiétants sur la situation en Algérie. Des médias internationaux majeurs, parmi lesquels l’Economiste - Le News york Times - le Financial Times et le Washington post, ont tour à tour publié ces derniers jours des articles dans lesquels ils s’interrogent sur le blocage politique en Algérie et sur son avenir .

    Unanimes, ces médias, très influents auprès des décideurs politiques et économiques mondiaux, pointent les problèmes du doigt la mauvaise gouvernance, l'insécurité dans le pays et la maladie de Bouteflika ayant provoqué la vacance au niveau de la présidence en Algérie.

    Ils s'interrogent aussi sur la capacité du gouvernement algérien à faire face à la crise majeures qui s'abat sur le pays. Des interrogations qu'aucun algérien n'est en mesure d'en posséder des réponses dans le flou qui règne à haute échelle au pays .

                                 Mme Audrey Azoulay, une gâtée d'Essaouira                     Mme Najat Belkacem, un pigeon du Rif

    Alger est en colère..La nomination comme ministre de la fille de Mr.André Azoulay, passe mal en Algérie, notamment auprès de Saïd Bouteflika, le prince héritier gâté de l'Algérie. C’est une véritable levée de boucliers qui a accompagné à Alger l’annonce de la nomination de Mme d’Audrey Azoulay au ministère de la Culture et de la Communication, s'ajoutant bien évidemment à son jumelle Franco-Marocaine Mme Najat Vallaud Belkacen, la ministre de l'Education Nationale, ex-porte parole du gouvernement Français,suivant les traces de leur concitoyenne Rachida Dati, l'ex-garde des sceaux et ministre de la justice. Appartiennent à la deuxième génération, toutes les trois sont des activistes socialistes dans la scène politique Française.

    La première est la fille d'une personnalité influente de renommée internationale, un politicien affairiste de haute gamme,.La deuxième c'est une fille d'ouvrier de bâtiment, La troisième est une fille de maçon. Les deux dernières sont des filles d'immigrés Marocains en France. Quoi qu'il en soi, elles ne sont pas des "binationaux", comme on traite les porteurs de doubles-nationalités en France, ni là où on ne fait qu'imiter sans rien innover en Algérie.Elles sont, tout simplement des Marocaines à part entière.

    Plusieurs officiels algériens déplorant la surprise, n’ont pas hésité à faire part officieusement, à leurs homologues français de leur irritation face à cette «Marocanisation de la vie politique française» disaient-ils. Le premier à enrager a été Saïd Bouteflika, le frère du chef de l’Etat algérien, qui s’est offusqué auprès de l’un des conseillers de François Hollande de cette nomination.

    A Alger, on estime que la scène politico-médiatique française  est «infestée» de politiciens, journalistes, stars, innovateurs,associatifs et religieux d’origine Marocaine. Et de surcroît «en mode lobbying» pour le royaume chérifien du Maroc. Pour le pouvoir algérien, la nomination d’Audrey Azoulay fait déception et doublement mal aux algériens.

    Premièrement, la nouvelle ministre Française est d’origine Marocaine de confession juive, et on sait à quel point la coexistence et la cohabitation heureuse entre juifs et Musulmans au Maroc ont servi à l’étranger l’image du Royaume.  Deuxièmement, elle est la fille du conseiller de Sa Majesté le Roi Mohamed VI, Mr.André Azoulay, qui a de nombreux réseaux à Paris à Washington et ailleurs. Autant dire que le pouvoir algérien, qui a tissé des liens plus qu’étroits avec François Hollande et son entourage, s’inquiète de voir que son frère ennemi Marocain n’est pas pour autant marginalisé par la France. 

    «Rattachez nous à vous, Majesté..» C'est la nouveauté qui nous parvienne d'Alger en sorte de moquerie infantile. C'est ainsi que la rage pousse certains algériens indignés à  émettre des toxines à tort et à travers..Une chronique, disant pro-Marocaine parue dans le quotidien algérien «El Khabar». Une autre affichant le même titre et le même sujet parue dans le site d'Algériatimes. Toutes deux confirment la déception mentale et la contradiction des algériens. La première adresse signée par 〈 Saïd Bouaqba〉 évidemment provocatrice aux Marocains, n’a pas plus à tout le monde, surtout aux réseaux sociaux. D’autant plus qu’elle est le prélude d’une tirade au vitriol  en Algérie contre la gouvernance actuelle de l’Algérie.

    L’auteur de l’article estime que son pays se fait de plus en plus distancé par le Maroc. Le Royaume chérifien du Maroc connait, d’après cet éditorialiste, une impressionnante émergence politico-économique et sociale semblable à celle qu’a amorcée la Turquie il y a une vingtaine d’années.Par contre disait-il son Algérie devient dénigrante à la mode..!

    Le chroniqueur d’El Khabar, un journal qui n’est pas tendre d’habitude avec le Maroc, pousse l’insolence plus loin en rendant hommage au choix fait par Sa Majesté le Roi Mohamed VI de laisser les islamistes du PJD Marocain, vainqueurs dans les urnes en novembre 2011, diriger le gouvernement Marocain.

    Tout autre aura été l’attitude des «généraux sauveurs» algériens (les ex-caporaux  de l'armée Française des années cinquante) qui ont décidé en janvier 1992 de mettre fin à l'ouverture de la parenthèse démocratique qui profitait dans aux islamistes du FIS (Front islamique du Salut). Et sans que ceux ci, du moins à l’époque, ne franchissent la moindre ligne jaune.

    Je rappelle que depuis plus d’une année, la presse écrite et les télévisions  "dites" privées à Alger pratiquent à souhait une «Algérie de dénigrement».Il est vrai que la situation dans laquelle se trouve l’Algérie  aujourd’hui n’est guère enviable : un pouvoir autiste, des règlements de compte entre clans et une économie à la dérive. Une réserve doit pourtant apportée à ce triste bilan. La presse algérienne conserve très largement la capacité de critiquer le Maroc. Ce qui est toujours pas vrai et rejeté au Maroc.Bonne lecture.

                                                                                           Cordialement,Chihab25