Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mes écrits - Page 5

  • 2.-Algérie : L'aâdawa Thabta ou S'wab ikoune"!..العداوة ثابتة، والصواب إيكون”.

    Suite et fin

                       

                          الجمهورية الجزائرية الفرنسية ، كما يراها اليوم الجزائريون أنفسهم              

     

      Maroc Gérer le présent  en pensant à l'avenir.. Dans l’extrémisme, on ne défend que son camp et sa clientèle alors que dans l’équilibre on défend tous les camps et tous les citoyens, non pas en prenant un peu de chaque côté, mais en faisant en sorte que chacun puisse obtenir le plus possible en regard d’une société libre et sûre composée de personnes égales et différentes par une politique responsable et consensuelle faite de réformes qui adaptent la société continuellement par rapport aux progrès et au développement des facultés humaines. Le tout dans la référence constante à un humanisme intégral, c’est-à-dire dans le respect de l’être humain. C’est là que se trouve le courage politique d'un jeune Monarque Marocain désigné, pour l'histoire, par la masse la plus diminue de ses sujets, comme "Roi des pauvres". Oui bien sûr, il l'est, son parcours extraordinaire, même s'il est encore très court, est là pour le démontrer de manière éclatante. 

     Penser à l'avenir en construisant le présent..Le vrai courage politique est de tenir bon, de ne pas se décourager car la bonne voie pour gouverner un pays est bien ce juste équilibre et la construction d’un compromis national autour de la «Monarchie Marocaine, le trône Alaouite et le Roi Sidi Mohamed».. car cela est nécessaire pour la grandeur d'un Maroc pluriel, haut et fort. Au moment où dans le monde les extrémismes politiques, y compris nos frivoles voisins de l'est, semblent en résurgence avec les interventions musclées de celui qu'on appelle le gendarme Américain au monde, le nationalisme débridé en Chine, le rejet de l’autre en Inde, en Syrie et en Irak, les mouvements factieux en France, les anti-européens de l’Ukip en Grande Bretagne, les néo-nazis de l’Aube dorée en Grèce, l’important, chez nous au Maroc, est de se rassembler derrière des valeurs communes à la démocratie et à la monarchie constitutionnelle, -made in Morocco-.

    Une vraie transition démocratique se concrétise à la Marocaine, à l'initiative d'un jeune Monarque, venu avec un seul mot d'ordre -auto démocratisation et ouverture sur le monde-  Cette transition est le processus ayant permis la sortie du tunnel de ce qu'on appelle localement " les années de plomb" et la mise en place d'une alternance politique démocratique. D’un point de vue institutionnel, on peut considérer qu'elle s'étend de la mort du regretté feu Hassan II en juillet 1999, jusqu'à la première alternance politique, en 2011, avec l'arrivée au pouvoir du PJD (Parti de Justice et de Développement) du Docteur Abdelkarim El Khatib. On peut également la concevoir d’une façon plus large, par exemple en remontant bien avant jusqu’au discours royal de Casablanca, du 12 octobre 1999 appelant les autorités Marocaines à se familiariser et se comporter positivement avec le nouveau concept d'autorité, d’après lequel se met véritablement en place le chantier royal de réformes associées à la transition y compris celle de la justice transitoire.

     A propos de la justice Marocaine.., je dois préciser, selon ma propre opinion, que c'est un grand chantier à réformer  à part, ce qui nécessitera beaucoup de temps, plus que les autres secteurs postulants. Car les hommes et les femmes de la justice Marocaine, sont venus avec une seule conviction "s'enrichir plus rapidement en marchant sur les piliers suspects (!), qui emmènent à cet objectif ", je dis bien le mot "suspect", du point de vue des personnes justiciables qui n'ont toujours pas eu de confiance en notre justice,. Pour y éradiquer une telle mentalité, il nous faut attendre au moins, deux ou trois générations, espérant enrailler éventuellement les accusations frivoles et infondées contre le corps de la justice dans notre pays et arriver au niveau des justices des pays démocratiques qui marchent librement sur les pas des corrompus.

    Tout prêt de chez nous, les cas des ex-présidents Français Jacques Chirac et Nicols Sarkozy en témoignent la liberté d'action et de mouvement du juge Français pour préserver les lois fondamentales de la république, veillant ainsi sur le respect rigoureux de la devise Française «Liberté - Égalité - Fraternité», loin de tout soupçon de chasser les sorcières et plus loin encore, loin de l'esprit de littéralité des lois de Montesquieu avec ses quatre tomes. 

    La Monarchie Constitutionnelle ou jamais..: Faut-il soutenir la monarchie constitutionnelle contre l’obscurantisme de l'extrême gauche Marocaine, les plus bannis de la société Marocaine, surtout  la Néguafa politique du PSU (Parti Socialiste Unifié)..Nabila Mounib et la bande d'opportunistes, Khaled Soufiani, Abderrahmane Ben Amrou, Mohamed Ben Jelloun El Andaloussi, Abdelhamid Amine et ceux qui se cachent derrière et menacent d'investir la rue. Ceux-là, qui n'ont pas de cartes à jouer crédiblement sur le champ politique et qui généralement montent sur les épaules de l'adolescence pour se faire distinguer dans la rue et sur les aboies d'une racaille appelée "les Febrairistes" pour passer des messages cryptés, sans pour autant pouvoir agir à visage découvert, et acclamer librement l'instauration d'une Monarchie parlementaire, apparemment lointaine, voire très lointaine même..!.

    Ces microbes, qui en avaient les voix cassée à l'époque de Driss BASRI, entachent davantage l'ouverture Marocaine actuelle, profitant de la large marge de liberté  et d'expression qui sévissent actuellement, en cette nouvelle ère et pratiquent du chantage-pression, pour atteindre un tel but ou un tel objectif d’intérêt personnel. Ils savent entre temps, que l'instauration  du système de la monarchie parlementaire au Maroc est irréalisable au lieu et au temps sûrement; et font le semblant d'ignorer, qu'un tel système n'est pas adéquat, ni fructueux dans une société appartenant au tiers monde, comme la notre, tant qu'on vente, à ciel ouvert, sa voix électorale à des prix entachant la dignité de l'homme et de l'électorat, (100 à 200 dirhams l'unité).

    C'est ainsi qu'on constate que la vision du Roi génie feu Hassan II, à ce sujet n'était pas conçue du vide ou du hasard..! il disait souvent que Dieu ait son âme, en parlant de démocratisation du Maroc et pas de sa monarchie, quelle soit constitutionnelle ou parlementaire.. Que la démocratie Marocaine doit être prodiguée au pays, comme le notre, au compte-gouttes jusqu'à l'âge mûr et majoritaire de l'être Marocain. 

    Sur le plan politique interne et par la voie des urnes, le peuple Marocain, est le mieux placé pour faire évoluer l'exception Marocaine et proposer des alternances à chaque échéance législative, pour y arriver progressivement à la vraie alternance à deux pôles, comme les pays les plus évolués en démocratie, éradiquant ainsi, l'esprit de la violence des mots que certains de nos thuriféraires politiques ne cessent, en cette période transitoire de perfectionnement politique, d'employer de manière aussi vulgaire.

    Le champ politique national est arrivé, comme on le voit aujourd'hui, à un degré de fluidité sans précédent, depuis l'époque de l'Istiqlalien Abdelkhaleq Torres en 1963, j'utilise à l'image, le dénommé Abdelhamid Chabat, le videur d'un parti politique malade, avec sa balance rose rouillée, une balance qui doit en fait passer, pour vérification et refonte, devant les services des fraudes, car ce parti de Ssi Allal est  malheureusement plongé dans son ère de décadence avec ce cycliste, qui rêvait, à la surprise de tous, doter le quartier Bensouda dans la ville de Fes, dont il est le maire, d'une "tour Eiffel" Chabatienne, pour laquelle il est bien courrigé.

    Sans oublier, bien sûr son pair en mauvaise politique, un certain bougre dit..Lachgar, le torreau de l'USFP qui s'attaque ouvertement, à l'aide de ses cornes, à tout jongleur Unfpiste mâchant mal la triste-rose socialiste. Ces deux en exemple, s'en forcent et s'enfoncent dans une opposition gratuite d'apprentis contre des nouveaux venus au champ politique national. Des fils de mokhjaznis et de petits  fonctionnaires, des marqueurs linguistiques agrégés en bla-bla du PJD, qui s'érigent en fer de lance des barbus, formant un groupe affamé d'adolescents politiques mal élevés,   -Bouanou - Aftati - Hamyeddine, et Amina Ma Elainyne du coté féminin, tout en leur exprimant des actes, parfois diffamatoires et des arrière-pensées.Je ne citerai pas le degré de violence, très faible et rigollot jusqu'à présent, des autres composants de la pseudo-opposition parlementaire, comme MM. Hakim Ben Chemmass du PAM, Driss Radi de l'UC et Draï Diâ du coté syndical,  qui observent avec précaution, jetant de temps à autre, quelques pierres au visage de Ssi Ben Kirane.

     شباط ينتقد وزراء حزب بنكِيران بـ "رْكْبُوا السّيَّارَات وسْكْنُوا الفِيلاَّتْ"

                            Dire n'importe quoi, c'est le style du tyran, pas du politique instruit

    Des Länders Marocaines..En tout état de cause, et si le regretté feu Hassan II souhaitait bien, dans un passage de ses  énormes étapes de discussion, laisser à son successeur un Maroc stable, construit  de "länders", à l'exemple de l'Allemagne..Les Marocains que nous sommes, nous constatons qu'un tel héritage moral, voire un tel souhait est entrain de se réaliser pratiquement sur terrain par la volonté de son héritier Sa Majesté le Roi Mohamed VI, qui projette, reconnaissons-le, voir ce  Royaume Chérifien du Maroc, se doter politiquement et démocratiquement de grandes régions qui bénéficieront, selon la constitution Marocaine de 2011, de larges compétences, pas au niveau des Länders Allemandes, comme souhaité par Hassan II, mais à l'instar des régions et du système Français.

    Moi personnellement, je vois, comme tout autre Marocain, que 2015 sera à part entière, une année d'échéances électorales sans équivoque, si on croit la récente sortie médiatique en l'objet du ministre de l'intérieur devant le parlement et sera aussi une année cruciale par rapport de l'intégrité territoriale nationale, mettant pratiquement en place, en région pilote, la régionalisation élargie dans nos provinces du sud selon les déclarations, ici et là, et dernièrement l'exposé du ministre des affaires étrangères et de la coopération devant la commission sectorielle des affaires étrangères, de défense, de frontières et des affaires islamiques à la chambre des représentants.Étapes capitales dans notre vie politique, à suivre d'ici une année. Bonne lecture .

                                                                             Cordialement,Chihab25