Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Maroc-Algérie :«Accusé d'avoir traité l'Algérie de "pays ennemi"» le Maroc rappelle son consul général d'Oran..!

 

                                                                               

                                                                                                                                                                                 Le Maroc et l'Afrique..la diplomatie de masques..!

                                       Alertes aux halls et aéroports

Attention à la marche..(15/6/2020) Sa Majesté le roi Mohamed VI est décidé à soutenir les pays africains engagés dans la lutte contre le coronavirus. À ce titre, des instructions Royales ont été données, pour l’envoi d’une aide médicale à 15 pays africains.

Ce soutien s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l’Initiative Royale, en tant que démarche pragmatique et orientée vers l’action. Il est destiné aux pays africains, permettant un partage d’expériences et de bonnes pratiques et visant à établir un cadre opérationnel.Sachant que l’ensemble des produits et équipements de protection composant cet appui médical sont fabriqués au Maroc portant "Made in Morroco".

Nous nous réjouissons à la rédaction du blog du fait que ce don Royal démontre le degré de force et de générosité du Maroc, faisant bombe chez les Algériens. Une force intelligente qui ne fait que vexer et déranger, surtout quand les ingrats de l'Algérie verront à l’œil nu les avions de la RAM atterrisser et décoller ici et là, livrant en douceur l'aide aux pays Africains bénéficiaires.

Ses éclats ont même brisé les vitres du palais présidentiel d'Al Mouradia d'Alger faisant sortir le sanglier Algérien de sa cage pour minimiser vainement l'offrande Royale en la qualifiant de je cite "La diplomatie de masques", respirant et expirant avec une grande amertume ses souffles de haine de toujours envers la grandeur du Maroc. "Le chat quand il échoue, considère la viande dégueulasse".

Imiter même en humour. Une blague du régime Algérien qui fait vomissements en plein boulevard d'Alger. Une bêtise qui aussi fait rigoler les observateurs.

Alger veut imiter le don Royal aux 15 pays Africains avançant avoir remis au polisario 4.000 unités de masques pour les distribuer aux polisario prisonniers au Maroc.

C'est tout simplement une séquence de l'hypocrisie Algérienne qui est mieux fait de taire. C'est aussi une officine qui apporte la preuve que le pouvoir d'Alger est à bout de souffle.

Imiter ce n'est pas aussi simple qu'on peut le penser, surtout s'il s'agit du Maroc. A rappeler dans ce sens qu'après avoir atteint l’autosuffisance, le Maroc exporte vers l’Europe des masques de protection « réutilisables ».Sachant que l'Algérie faisait partie des premiers bénéficiaires de la première dotation de masques exportée, sur même pied d'égalité, par le Royaume à la France l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, la Tunisie et la Mauritanie.

On apprend de l'autre côté Algerien que Bougadoum, le jongleur de la diplomatie mensongère de l'Algérie regrette et pleure ses échecs considérant  que malgré le cri de détresse émis par le "Lesotho" qui l'avait pressé à remuer la poussière autour du sort du bâtard de Tindouf, il voit son homologue Marocain Mr.Bourita gagner confortablement des points et enfonce loin le bouchon Marocain au fond de l'Afrique faisant passer TGV-AlBouraq au bout du nez de l'Algérie.

Je suppose là-dessus que les jockys de Maseru, dans leur course hippique, ont mal choisi le bon partant et pleurent sur la tombe du soit-disant 'martyrs'  Algérien pour avoir misé sur un jockey perdant, exclu d'office des partants Africains visés par la générosité Marocaine. Ces jocky et les autres Africains trempés dans la pâte Algérienne devront pour compenser prier pitié de Dieu faisant 'sit in' devant l'enceinte du palais d'AlMoradia d'Alger et demander l’aumône à leurs commanditaires Algérois. 

                                            Chihab25

                                                                                                                                                                                                                                 IMG_87461-1300x866                                                                                                            la rage de chiens Algériens

Remarque..Tout d'abord, ce que le lectorat doit savoir sur la mentalité Algérienne. C'est qu'un seul Algérien ne peut convaincre son interlocuteur. Il en lui faut neuf autres Algériens pour former une seule "Cervelle mûre" digne de se parler et de s'écouter.

Cela état ne nous a pas échappé à la rédaction du blog. Nous l'avions évoqué auparavant. Faut-il rappeler que la nature de l'Algérien consiste à le considérer en "Dix en une cervelle  عشرة ف عقل)" pour dialoguer avec lui et s'en servir concrètement de ce qu'il en dira de mieux (!).

Ce n'est pas moi qui le dit d'ailleurs... Ce sont les gens qui ont côtoyés et accompagnés les Algériens au fil des temps qui le confirment avec certitude. Du fait qu'une propre confirmation interne traite de manière humiliante cette situation.

En plus, nous avions vu et écouté via, des Algériens et des vidéos le maudit Boukhrouba pleurait, en noir et blanc, devant un parterre de dingues, notifiant que l'Algérie souffre de crise identitaire et d'hommes.

Cela signifie que le concept de "10 en 1 cervelle" est bien vrais, applicable à une Algérie créée par la France dans un moment où elle n'avait ni valeurs ni d'histoire. Ce qui permettait à ce Boukharouba de jouer le parrain et monter en haut du mont distribuant à un peuple naïf ses diktats d'orgueil, de supériorité, d'arrogance et d'hostilité envers un Maroc fort.

Ce Maroc qui, faut-il souligner, il le voyait d'un œil d'envie fumé d'amertume excessive, un pays évolué, riche d'histoire, généreux envers ses hôtes. Un pays qui l'avait ramassé de la rue et soutenu en l'accueillant à Nador à un moment donné de la guerre d'Algérie.

C'est dans ce contexte de grandeur qu'on voit souvent le pouvoir Algérien s’inquiéter et se fâcher, perdant pour la moindre des choses le "fil de stabilité"(خيط الرسانة) la barre stabilisatrice en langage mécanique.

Ainsi, pour le simple "rien", le meilleurs de ses diplomates se déchaîne, se mobilise et mobilise toutes les ustensiles de sa cuisine diplomatique, crevant les tympans des siens, tapant fort en parallèle ses casseroles près d'oreille de Mr.Bourita, pour s'exprimer et étaler la saleté qui provoque la colère  de l'Algérie.

C'est évident que cela parvienne de la part de 1/10éme d'une cervelle, car il en lui manque neuf autres cervelles pour former un seul homme crédible, un interlocuteur conscient et responsable.

Sûr de lui Mr.Bourita essaye toujours de convoiter calmement "le jet de pierres d'un fou", comme disent les termes de la citation, faisant mieux pour y contenir tout alibi en provenance du fou d'en face.                 

Enième crise..Selon des informations le Maroc vient de rappeler Mr.Ahardan Boutahar  le consul général du Maroc à Oran qui serait à l’origine d’une crise diplomatique avec l’Algérie après avoir, dit-on, qualifié l'algérie de «pays ennemi» lors d’une rencontre avec des Marocains bloqués en Algérie à cause  de Covid-19,venus lui demander le rapatriement.

Se  trouvant avec ces Marocains au siège du consulat, les médias algériens ont lui attribué ce qu'ils considèrent de propos diffamatoires : «Vous êtes les bienvenus au consulat… mais vous savez ce qu’il y a… ici, nous sommes dans un pays ennemi ».

Une vidéo échangée sur les réseaux sociaux montrant ce consul en train de discuter avec des Marocains avait déclenché une controverse dans le pays voisin. De son côté, le Consul dément avoir employé le terme «ennemi», estimant qu’il s’agit d’une pure manipulation.

«L’incident» s'est monté d’un cran lorsque l’ambassadeur du Maroc à Alger Mr.Lahcen Abdelkhaleq fut convoqué par le ministre Algérien aux affaires mensongères pour dit-on «le confronter aux propos du Consul en l'objet».

L'APS, l'agence Algérienne de déformation se précipitait pour jeter du bois au feu, diffusant un communiqué qui reprend ce que Bougadoum rédigeait à ce sujet faisant circuler, à grands pas, la prétendue colère de l'Algérie pour : « La qualification par le Consul Marocain si elle venait à être établie, de l’Algérie de pays ‘ennemi’ est une violation grave aux normes diplomatiques, qui ne saurait être tolérée...

Et d'ajouter, c'est également une atteinte à la nature des relations entre deux pays voisins et deux peuples frères,(!) ce qui requiert des autorités Marocaines la prise des mesures appropriées pour éviter les répercussions de cet incident sur les relations bilatérales ».fin de citation.

Le rappel du consul intervient, parait-il, après échange entre Mr.Nasser Bourita et l'Algérien Bougadoum, au cours duquel notre ministre se serait engagé à résoudre le problème créé par les supposées déclarations du consul Marocain.

Toutefois, Mr.Bourita n’a pas confirmé une version inventée par l'APS laissant entendre qu'il aurait présenté à ce sujet ses excuses à Bougadoum. L’ambassade du Maroc à Alger a tenté de son côté d’éteindre le feu propagé, pointant une manipulation sur la base d'une «vidéo retravaillée».   

                

Le pays ennemi..Dans ce nouveau rebondissement, Sabri Bougadoum a convoqué l’ambassadeur du royaume Mr.Lahcen Abdelkhaleq pour lui signifier sur un ton menaçant le même disque : «la qualification de l'Algérie de "pays ennemi" est une violation grave..etc..!

C'est évidant d'attendre et d'entendre un tel ingrédient de l'hypocrisie Algérienne vis-à-vis de ce que les dirigeants Algériens considèrent d'incident qui tombe alors que la guerre médiatique entre les deux voisins-ennemis est montée plus d’un cran.

Je crois que ce Bougadoum au lieu de se porter en parrain, interrogeant les hôtes, la raison oblige sa mise en jugement par le Hirak  pour avoir siphonné les caisses de la diplomatie de mensonges, demandant à ses  ambassadeurs algériens de verser chacun sa côte-part de la galette pétrodinars à son compte usuel bancaire d'ambassadeur permanent auprès des Nations Unies pour, avançait-il, subvenir aux besoins de la cause de son "peuple de Tindouf". Besoins qu'on distribue,à tort et à travers, au profit des pays corrompus, participant chaque année aux travaux de la 4ème commission de l'ONU.

Faut-il souligner dans ce sens que Bouteflika en tant que ministre aux affaires mensongères de l'Algérie (1962-1978) avait fait de même, cumulant une fortune colossale. Il aurait absorbé, dit-on, un cumul de 47 milliards de francs français de l'époque. Bouteflika nie toujours avoir détourné ce montant dont il est appelé à ce jour de s'acquitter au profit du trésor Algérien.

La tension est habituelle, bas son plein et toujours tendue. Elle monte et descend selon le cours de change des problèmes interne de l'Algérie qui, par décision  unilatérale maintient sa frontière terrestre toujours fermée avec le Maroc depuis l'imposition par le Maroc de visa pour Algériens à l'issue de l'attentat  perpétré à l’hôtel Atlas-Asni à Marrakech en juin 94 qui a pratiquement dévoilé alors l'implication directe des services secrets algériens.

Cette même tension a monté davantage au début du mois de mai écoulé après que le ministre Marocain aux affaires étrangères Mr.Nasser Bourita ait rappelé de son discours au sommet du Mouvement des non-alignés que l'Algérie continue à «nourrir le séparatisme» .

De mon coté, j'ajouterai à cela que cette même Algérie refuse en ce qui la  concerne, pas que le séparatisme interne, mais bloque également toute issues  ou dialogue menant à l'indépendance de la grande Kabylie et des M'zab de Rhardaia.  

Sachant déjà que les relations Algéro-Marocaines souffrent d'épisodes récurrents de tension en raison du conflit artificiel du Sahara Marocain, dans lequel le Maroc tient toujours à rappeler qu'Alger est le véritable acteur utilisant à cette fin un Front de mercenaires.

L'escalade mensongère.. Quand le pouvoir Algérien se sent bloqué entre ses conneries anti-Maroc, il fait recours au plus court chemin pour s'en sortir avec moins de dégâts.."«inventer et accuser que pour accuser!»".

Le 11 mai dernier, le Consul général du Maroc à Oran aurait déclenché, une mini-crise (une de plus) avec l'Algérie en la traitant dit-on, de «pays ennemi».La présidence algérienne donne sa version des faits à ce sujet.

Dans une conférence de presse tenue en l'objet le porte-parole de la présidence algérienne a indiqué que c’est la partie algérienne «qui a demandé son départ et que son comportement était prévisible. "Nous avons découvert que c’est un agent des services de renseignements Marocains" qui a été désigné consul à Oran pour d’autres raisons!», indique le responsable algérien cité par le média algérien TSA.

Une déclaration grave qui étonne alors que le concerné a quitté l'Algérie par vol opéré par la Royal Air Maroc. Son départ sera sûrement l'énième occasion "adéquate" au pouvoir Algérien et à sa presse commanditée et engagée pour élargir davantage le champ polémique déjà perforé de toute part.

 

Le Maroc «consterné» par les allégations algériennes.

 

       

   Le ministre Bourita

La véracité Bourita..En rapport avec ce sujet Mr.Nasser Bourita corrige. "Le Maroc a exprimé sa consternation face aux allégations du porte-parole de la présidence algérienne qui a affirmé que « le Consul du Maroc avait effectivement quitté à la demande de l’Algérie et que l’attitude de ce Consul n’était pas étonnante car c’est un officier des services de renseignements Marocains »

En réponse à une question de la MAP  Mr.Bourita a indiqué que «Le Maroc a d’abord, pensé ne pas réagir à ces affirmations irresponsables auxquelles nous sommes  habitués depuis des décennies».

«Toutefois, devant la gravité extrême de tels propos», le Maroc exprime sa consternation face à ces allégations émanant d’une institution censée faire preuve de discernement et de retenue, notant que le Royaume «s’interroge sur les véritables motivations» derrière cette nouvelle escalade et la «volonté permanente de l’Algérie d’alimenter un climat de suspicion qui va à l’encontre de toutes les règles de bon voisinage».

«Le Maroc rejette ces assertions ridicules et sans fondement», a-t-il poursuivi, précisant que «le Consul Général du Royaume à Oran est un cadre du Ministère, justifiant d’une carrière longue de 28 ans, aussi bien au service central que dans plusieurs postes à l’étranger».

Dans ce sens, Mr.Bourita rappelle aussi que «dans un souci de préserver la sérénité des relations bilatérales, notamment dans le contexte régional et international difficile lié au Covid-19, j’ai pris l’initiative d’appeler mon homologue algérien, pour lui dire que quelle que soit la véracité des propos attribués au Consul, le Maroc a décidé son rappel immédiat ».

De ce fait, explique-t-il, «le rappel du Consul a été décidé à l’initiative exclusive du Maroc et pas de quiconque, même s’il s’est toujours acquitté de ses fonctions de manière tout à fait convenable et professionnelle», faisant savoir «qu' à aucun moment, le Royaume n’a reçu, de la part des autorités algériennes, une quelconque demande officielle formelle de rappel de son Consul Général d'Oran».

«Conformément à la politique prônée par Sa Majesté le Roi Mohamed VI, Que Dieu L’assiste, le Maroc a toujours opté pour l’apaisement dans ses relations avec l’Algérie. Afin d’éviter l’escalade, il se garde même de communiquer sur les provocations multiples et les attaques médiatiques commandées à l’encontre du Royaume », a conclu Bourita.

Je pense à mon sens que devant l'inexpérience et l'incapacité du président de bien tenir le cap à la tête de l'État, tout responsable Algérien se comporte à sa guise, se croyant plus intelligent que tout autre dingue.

Chaque responsable se sent libéré en quelque sorte, disant pour plaire au pourvoir,  n'importe quoi sur le Maroc et atténuer sa soif de haine et d'orgueil et respirer plein d'air, sans crainte et même sans lever la main droite et jurer, comme s'était auparavant devant la force-fer de Gaïd Salah. Ce général bougre qui, dans son vivant coupait tous les souffles en Algérie.

La sortie du porte-parole de la présidence Algérienne y afférente en prouve la séquence et bien d'autres suivront certes en brossage des sales bottes de la junte militaire qui dirige derrière les coulisses (à suivre..!).

                                                                                                                                                                        

Nouveauté inopinée..La rédaction du blog se réjouit d'attirer l'attention des lecteurs sur cette nouveauté surgissant inopinément dans le champs de "toreros". Une nouveauté qui vient de redresser les anglets d'une position jusque-là mouvementée par l'abondance de la saleté de pétrodollar Algérien.

Malgré son style de naviguer dans le vide, d'appeler, rappeler et d'interroger les diplomates accrédités dans son pays, Bougadoum ne peut faire autant pour le diplomate Espagnole en poste à Alger et lui demander des explications sur «le Carton Rouge de l'Espagne levé à la figure du polisario en signe de fuera!» .

Les observateurs estiment que la décision prise tout récemment par la cour suprême d'Espagne pour restreindre, sur tout le territoire Ibérique, les mouvements du Polisario, constitue un changement de cap majeur envers le Royaume du Maroc dans l’affaire de son Sahara. Suite à ces restrictions de mouvements du Polisario en Espagne, la presse espagnole s’est penchée avec intérêt sur cette décision surprise  du gouvernement Sanchez.

Le journal met aussi en exergue le rôle décisif du chef de gouvernement Espagnol qui a imposé au Polisario le plan Marocain d’autonomie 2007, et ce malgré la résistance de son allié Podemos qui serait sympathisant de la thèse d'Alger. Pour étayer cette thèse,le journaliste rappelle cinq décisions Sanchez qui ont suscité l’ire du polisario et d’Alger.

Tout d’abord, note-t-il, la décision de la ministre des Affaires étrangères d'Espagne, qui a refusé de voir cohabiter pour longtemps l’étendard d'une république fantôme qui  n'existe qu'à Alger aux côtés des drapeaux des autres pays africains reconnus en tant qu'Etats souverains, constitue un revers marquant.

Ajoutant à cela que l’Espagne officielle a toujours refusé de reconnaître les chiffons-papier dits «passeports diplomatiques» que les Polisario en Espagne comptaient utiliser comme documents de voyage d'un Etat souverain.

Le troisième signal a été émis par le vice-président du gouvernement Espagnol, Mr.Pablo Iglesias, qui a obligé l’un de ses ministres à s’excuser pour avoir reçu un pseudo-ministre polisario dans son bureau. Mr.Pablo Iglesias dirigeant le Podemos, a poussé le bouchon à fond jusqu’à contraindre son ministre à admettre que la «politique extérieure de l’Espagne est une affaire d’Etat et pas une affaire partisane à modeler selon le goût des politiques».

Le quatrième indicateur concerne la décision de la Cour suprême espagnole d’interdire aux entités non officielles l’utilisation de drapeaux, slogans, symboles et toute forme d’expression politique à l’intérieur ou à l’extérieur des édifices publics.

Cette juridiction émanant d'un jury expérimenté jugeant que ces pratiques chères au Polisario sont «incompatibles avec «le cadre constitutionnel et juridique actuel et avec le devoir de réserve et de neutralité des administrations espagnoles».

Le cinquième signal, ajouté par un quotidien Marocain dans son édition de ce 9 juin, émane de cette même juridiction qui refuse l’octroi de la nationalité espagnole à toute personne née dans la Sahara Marocain après le 14/11/1975. Cette date correspond au jour où l’Espagne a transféré les provinces du Sahara au Maroc et à la Mauritanie,en vertu de l’accord tripartite de Madrid.

Selon le journaliste Espagnole Pedro Canales, les autorités espagnoles auraient donc définitivement rompu avec les idées séparatistes parrainées par l’Algérie et opté pour l'événement majeur consistant au plan d’autonomie proposé par le Maroc en 2007. .

D'autant plus que, jusqu’à la veille de la décision pénale, le Polisario avait trouvé, en Espagne, un terrain propice à sa propagande mensongère, que les associations favorables au séparatisme portant la nationalité espagnole se chargeaient de véhiculer, coupant ainsi l'herbe sous les pieds du polisario et des Catalans d'Espagne.

Parfumant ce redressement par la position pratique de l'Espagne officielle. Le ministre Espagnol aux affaires étrangères vient d'écrire au Secrétaire Général de l'Union Africaine pour lui notifier que l'Espagne a biffé officiellement le drapeau de la pseudo-Rasd de la carte de l'Afrique reconnue jusque-là par l'Espagne en maintenant que les drapeaux des États souverains.

Désormais, le message aux Algériens, au polisario et à leurs acolytes est clair. Pas besoin davantage de chantage Algérien. Ca suffit aux mauvaises odeurs de sa Sonatrch, faisant signe de "merde" au Gazoduc Algérien, malgré que cela aura certes ses percussion négatives menant à des impacts préjudiciables à l'approvisionnement de l'Espagne en gaz et en pétrole.

Mais nous simples Marocains nous souhaiterons voir en compensation que les horizons spain soient ouverts vers le Maroc, voire orientés vers les champs prometteurs de gaz de Tandrara, de Gharb et très prochainement des hauteurs océaniques du Royaume.Bonne lecture.

                                                                       Cordialement,Chihab25

------------------------------------------------------------------------------------------------

                            Un discours scandale, les Algériens s'expriment
 
                     
 

Écrire un commentaire

Optionnel