Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Maroc-Algérie : Même si l’hystérie Algérienne contre le Maroc ait atteint son point culminant..Et après..!

                                                                                                           drapeau-du-maroc-image-animee-0008
 
                                                                                                                                                                                                                                                        
                                                                    IMG_87461-1300x866
                                                                                       Pour les dingues Algériens
 
 
Nota Bene..Je dois rappeler au début de cette note "circonstancielle" que je ne suis ni analyste ni chroniqueur de carièrre pour décaler la cadence périodique de mes articles et notes anti-dz. A savoir mon état de simple observateur ne me permetterait pas de se misser aux affaires officielles de l'Etat, surtout les plus grandes que la capacité de ma Cabeza. 
 
Et pourtant la nécessité m'oblige d'accompagner les pelotons et je me débrouille ainsi, en tant que curieux, habitué à tendre mon sceau d'eau parmi ceux d'autruis qui se changaient en -haut-et-bas- au fond du puit pour se servir d'eau. Une Eau Marocaine  plus sacrée que toutes, s'émergeant, de temps à autre, en événements politiques nationaux, qu'il soit à l'intérieur ou ailleurs, sans pour autant se justifier ou donner de preuves aux sceptiques ennemis de mon pays, ce Grand Royaume Chérifien du Maroc
 
Tout le monde est convaincu que le Maroc produit et exporte la paix et la coopération sous l'égide du palais Royal malgré que d'autres promettent aux dingués de leur construire des ponts là où il n'y a pas de rivières et des compus là où il n'y a ni université ni étudiants. 
 
Tandis que la junte d'Alger fait de ses préoccupations primordiales le jeu de fabrique d'héritiers de haine et d'hostilité, pas pour contrarier la Maroc au mieux, mais pour l'affaiblir devant une Algérie qui devienne après une veuve perdue, passant de main en main d'une Bande de salaups (Boukharouba et son gamin Bouteflika) en tête qui n'ont fait la révolution que dans des bases-arrières au Maroc et en Tunisie lors de la guerre d'Algérie. 
 
Grâce à l'intéllegence de veilleurs de nuit de Bab-Errouah et de T'riq Zaer à Rabat les lignes Marocaines de force n’ont pas variées, même si des réserves peuvent en subsister encore. Cela étant prouve que le Maroc progresse vers le haut leadership, malgré la haine et l'hostilité Algériennes. Il a réussi de dépasser beaucoup de maches d'échelle dans ce sens, en témoignent des experts en évalusation de liberté et de democratie. 
 
Nous simples Marocains nous rappelons aux Algériens et à leur pouvoir que nous sommes fiers, voire très fiers de vivre sous la coupole d'une Royauté d'honneur, pas sous des sales bottes. Nous règnons au bonheur du palais royal bâti aux grands coups de canons d'une histoire lointaine.C'est l'exception Marocaine qui fait perturber les cartes à nos ennemis Algériens qui nous envient pour la fidélité que nous portons à notre Monarchie, insultant leur sort de naissance aux couffins des Français.
 
On jouera pas la marée infantile..Le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra assiste à une conférence de presse à Alger, le 14 mars 2019, alors qu'il occupe la fonction de vice-Premier ministre et de ministre d'Etat (archives). Après sa tonitruante, mais attendue, annonce de la rupture des relations diplomatiques entre Alger et Rabat, le ministre algérien des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur du Maroc en Algérie. Ce dernier a opposé une fin de non-recevoir à une requête à la fois absurde et anti-diplomatique.

Peu de temps après avoir rendu publique la décision du régime algérien de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc, Ramtane Lamamra a convoqué l’ambassadeur du Royaume à Alger. Ce dernier n’a pas donné suite à cette convocation verbale  apprend la rédaction du blog de ses sources. «La fin de non-recevoir de l’ambassadeur du Maroc est compréhensible. Le ministre algérien  aurait dû convoquer l’ambassadeur du Royaume avant la conférence de presse où il a annoncé la rupture des relations diplomatiques  Pas après la conférence de presse. Cela ne se fait pas en diplomatie!», commente un ancien diplomate Algérien.

A peine revenu aux affaires mensongères algériennes le 7 juillet dernier, voilà déjà que Ramtane Lamamra le pompier Algérien des urgences, signe, le 24 août, l’acte anti-diplomatique par excellence: la rupture des relations diplomatique avec un pays voisin censé être respecté par tout Algérien credible..Ce diplomate soi-disant chevronné est donc revenu aux affaires pour faire de la non-diplomatie. Quelle prouesse!.

En acceptant de nouveau le portefeuille qu’il occupait avant son élève Sabri Boukadoum (l'homme au piochette), Ramtane Lamamra est revenu, en vérité, par la petite porte. De super ministre, qui avait le statut de ministre d’Etat, et même de vice-Premier ministre, du temps où il dirigeait la diplomatie d'autruche algérienne sous Bouteflika, le petit gamin de Sidi M'aâfa à Oujda, il accepte un grade inférieur pour servir sous l'ère Tebbounisme: il n'est plus qu'un simple commis d'état frauduleux. 

Visiblement affaibli par la gifle que lui a infligé Washington, qui s’est opposé à sa nomination en tant qu’envoyé onusien en Libye, Lamamra était prêt à toutes les concessions pour reprendre du service mafieux d'Alger. Ayant une fenêtre de tir très étroite, et un cahier des charges bien précis, rédigé par la junte militaire du pisseur Chengriha, Ramtane Lamamra a fait le job pour lequel il a été mandaté : envenimer davantage les relations avec le Maroc, ça serait le seul mot d'ordre qu'il recevait de la junte de son pays via sûrement l''ordre de mission "militaro-presidentiel." si j'osé m'exprimer ainsi. 

L'argument fallacieux d'une rupture..Rompre les relations entre l’Algérie et le Maroc est une tautologie. Les relations entre les deux pays n’étaient déjà pas normales : frontières terrestres fermées depuis 1994, échanges commerciaux inexistants, et, depuis 2012, aucun ministre ou secrétaire d’Etat Marocain qui ne s’est rendu, vice-versa, à Alger ou à Rabat, sans compter de multiples contacts interrompus, des vols suspendus…

La relation entre les deux pays a ainsi été déjà au point mort, vidée de toute substance. Les ambassades n’étaient là que pour gérer les crise à repitition et de se renseigner, de part et d'autre,. Du coup, qu’est-ce qui a été rompu, au juste? Des relations qui n’existaient pas? La décision annoncée par Lamamra, ne change pratiquement rien à la nature entre Rabat et Alger. En revanche, la junte au pouvoir isole davantage l’Algérie, pays dont les seules frontières stables et sécurisées sont celles qu’il partage avec le Maroc.

Les frontières de ce pays sont déjà fermées avec la Libye, le Tchad et le Mali. Avec l’annonce de la rupture des relations avec le Maroc, l’Algérie accentue son isolement et donne des indices très inquiétants sur un pouvoir qui prend des décisions absurdes.

Ainsi l’Algérie a décidé unilatérallement de rompre ses relations avec le Maroc. Une décision qui n’a rien de surprenant, mis à part les prétextes fallacieux avancés pour tenter de la justifier.En effet devant cette situation le Maroc est contraint d'agir, décidant de fermer son ambassade à Alger, ce vendredi 27 août, et de rapatrier ses diplomates dont l’ambassadeur Itiqlalien Mr.Lahcen Abdelkhaleq. 

L’ambassade du Royaume du Maroc à Alger baissera le rideau à partir de ce jour 27 aout. Selon des sources informées, l’ambassadeur Mr.Lahcen Abdelkhalek et l’ensemble du staff de l’ambassade Marocaine vont être rapatriés, ce même vendredi, par avion de la RAM, affrété spécialement à cet effet, tandis que les consulats généraux du Royaume à Alger, à Oran et à Sidi Belabbès resteront ouverts, selon les normes diplomatiques et poursuivront leur mission de répondre aux besoins de nos concitoyens résidant en Algérie. 

Obtenir le pardon d'Israel..Plus grave encore, le Maroc est accusé d’être impliqué avec organisations Algériennes à l'étranger que les gouvernants Algériens considèrent de "terroristes": le Mouvement d'Autodetermination de la Kabylie, (le MAK) de Ferhat M'hanni et Rachad une organisation d'un soi-disant opposant Algérien égaré à Londres, Larbi Zitout dans les «incendies qui ont ravagé plusieurs wilayas d'Algérie et dans le supplice et l’assassinat abjects d'un jeune activiste Algérien innocent connu dans son vivant de «Jamel Ben Smail».

Or, à voir les réactions des internautes algériens sur les réseaux sociaux, ces actes ne sont ni le fait du MAK ou de Rachad, ces deux organisations Algériennes qui se disent "pacifiques" et non terroristes, mais «préfabriqués» dans certain temps par le régime algérien lui-même. Dans plusieurs pays du pourtour méditerranéen, la Turquie, la Grèce, le Maroc, la France, l'Italie, et jusqu’en Sibérie en Russie ou encore en Californie aux Etats-Unis, les feux de forêts ont été particulièrement violents cet été. هذا من سخط الله وربما من علامات الساعة

Pourtant aucun de ces pays n’a crié au complot ou à l’origine criminelle,  à l’exception de l’Algérie, qui est devenue la risée du monde entier. Le Maroc a participé, affirme le porte-voix de la junte Algérienne, au crime abject de ce jeune Algérien, livré par la police algérienne à une foule en colère, qui l’a lynché à mort, puis immolé, sous le regard de policiers étonnement passifs, qui n’ont même pas procédé à des tirs de sommation pour dispercer la foule et sauver la victime du lynchage.

De quelles preuves dispose le régime Algérien pour attribuer au Royaume le meurtre abject d’un militant du Hirak, tué devant un commissariat de police? Dans le cas d'espèce, Ramtane Lamamra s'est bien gardé de fournir les preuves de l’implication du Maroc dans les feux de forêts et le meurtre de ce citoyen algérien.  En réalité, le laïus de Lamamra pour justifier la décision de rompre ses relations diplomatiques avec Bourita correspond à la feuille de route de l’armée algérienne, qui n’a eu de cesse, ces derniers mois, de mettre en garde contre «la main étrangère et l’ennemi extérieur».

De son coté la revue  "Aljich", le porte-voix du régime militaire qui dirige l’Algérie, a même été remontée jusqu’aux temps immémoriaux de Bouhmara, dans son numéro de juillet 2021, pour dérouler l’historique stupéfiant des prétendus actes hostiles du Maroc contre l’Algérie.

Toutefois, à ces jours seulement,, au Club des Pins, Ramtane Lamamra a eu la décence de ne pas faire un aussi long voyage dans le temps pour énumérer les sources de l’hostilité Marocaine, mais il a tout de même jugé utile de faire un voyage dans le temps jusqu'à l'année 1963, reprenant d’ailleurs presque mot pour mot les éléments de langage de l’armée Algérienne. 

Ce con d'Alger, au service de ses maitre galonnés, vient ainsi de signer une prouesse inédite dans les annales de la diplomatie de son pays : il prend une décision en 2021 dont les causes remontent à 1963 aux retombées de la guerre des sable au cours duquelle Ben Bella et son maitre Egyptien Abdenacer ont bien encaissé de bonnes giffles de la part de l'Armée Royale et du général Driss Ben Omar.

Le régime Algérien est comme une bête blessée qui fonce sur n'importe quoi, quitte à se suicider.. si on croit les paroles de Mr Ferhat Mehenni, président du Mouvement d'Autodétermination de la Kabylie, (le MAK) qui s'est entretenu avec un journal électronique Marocain, le 27 août 2021, au lendemain de l'annonce par Alger du lancement d'un mandat d'arrêt international à son encontre. Lui qui a réagi à ce que tout le monde qualifie de démarche «absurde». Il a aussi demandé une enquête internationale sur le «génocide kabyle».

Israël, le pays ami du Maroc balaie d'un revers de main les élucubrations de la junte au pouvoir Algérien..«Infondées et sans intérêt». C’est en ces termes que la diplomatie israélienne a réagi aux accusations d’Alger, qui prétendait être victime d’«actes hostiles» de la part du Maroc et d’Israël. La junte algérienne ferait mieux de se focaliser sur «ses problèmes», a estimé Mr. Yaïr Lapid, le chef de la diplomatie Israelienne en visite à Rabat. 

Alger s'entête et rejete la main tendue.Apparemment surpris par le discours de Sa majesté le Roi, samedi dernier, et une nouvelle fois sa main tendue pour un dialogue, le régime algérien a choisi de se dérober et de lâcher ses médias pour répondre à sa place.

«Qui mène réellement une guerre médiatique contre l’autre?» Alors que le régime Algérien se plaint régulièrement de prétendues attaques de la part de la presse Marocaine, voilà qu’avant même que le moindre responsable officiel parmi les autorités algériennes ne réagisse au discours prononcé par le Souverain à l’occasion du 22e anniversaire de son accession au Trône, les médias algériens ont pris les devants. Ils parlent d’une seule voix pour opposer une fin de non-recevoir à l’appel du Royaume.

Il ne fait pas de doute que la junte militaire au pouvoir a délégué aux médias aux ordre de répondre à la place des personnes autorisées.Le plus modéré de ces médias commence son analyse du discours royal, en écrivant que je cite : a)«C’est à un moment inattendu que le Roi du Maroc a tendu la main à l’Algérie, usant d’un discours apaisé et élogieux à l’égard de son voisin de l’Est».Avant de conclure que : b)«quoi qu’il en soit, le Maroc est allé trop loin ces derniers mois dans son hostilité vis-à-vis de l’Algérie et ce n’est pas un discours, aussi mielleux soit-il et même émanant d’un tel niveau de responsabilité qui peut changer fondamentalement la donne».   

Ce raisonnement est à l’unisson de la position officielle Algérienne, qui tente toujours de mettre en doute la sincérité du Maroc chaque fois que ce dernier lui tend la main pour en discuter d'un bon voisinage.

Le plus extrémiste est "Al Watan", journal dit-on privé, connu pour être proche des services de renseignements Algériens. En effet, dans un article paru lundi 2 août, ce journal chiffon ne retient du discours royal que deux phrases. «Celles où le souverain rassure les Algériens, qui ne doivent pas craindre une malveillance de la part du Maroc. La sécurité et la stabilité de l’Algérie sont organiquement liées à la sécurité et à la stabilité du Maroc et qui lui sert de trame pour qualifier le Maroc d’agresseur ayant déclaré la guerre à l’Algérie».

Se référant à l’affaire Pegasus, une tempête dans un verre d’eau, ainsi qu’aux déclarations du diplomate Marocain Omar Hilale sur la Kabylie, Al Watan écrit, sur un ton martial, que le Maroc s’est livré «à deux véritables agressions contre l’Algérie qui s’apparentent beaucoup plus à une déclaration de guerre».

Malgré toutes les assurances données par le Souverain, qui a clairement et solennellement déclaré à l’adresse de l’Algérie qu’elle n’a rien à craindre du Maroc ni rien à perdre en établissant des relations bilatérales normales avec lui, et qu’au contraire elle a tout à gagner avec l’ouverture des frontières entre les deux pays, Al Watan estime qu’il s’agit là d’une «diversion». Selon lui, l’Algérie doit maintenir ses frontières fermées, car ce statu quo a été «une catastrophe pour l’économie Marocaine sic». Une thèse reprise par la majorité des journaux algériens.

Pour d’autres journaux encore, c’est plutôt le langage des médias d’Etats voyous et faillis qui est adopté. L’ExpressionL’IndépendantEchourouk… ont en effet rivalisé d’insultes à l’égard d’un Maroc qui serait «en difficulté» et qui se retrouve acculé à tendre la main pour lancer un SOS vers l’Algérie. Un journal algérien a même osé écrire: «étouffé et au bord de la banqueroute, le Maroc n’espère rien moins qu’une salvatrice bouffée d’oxygène de la part de l’Algérie à travers la réouverture de frontière».

Alors même que c’est bel et bien l’Algérie qui manque cruellement d’oxygène, laissant à l’abandon des centaines de citoyens atteints du Covid-19, qui meurent asphyxiés en ce moment même, parce que les services de l’Etat ne sont pas en mesure de les oxygéner. Par contre au Maroc on se vaccine et gratuitement et ce grace à Sidna que Dieu l'assiste.

D’autres journaux versent dans l’insulte, ou carrément la paranoïa. Un tour des titres des principaux journaux donne une idée sur la réception faite par Alger à la proposition du Souverain. «Nouvelle provocation», «le roi de l’hypocrisie»,«une feinte du Maroc pour réparer une image abîmée»,  «le mauvais voisin, obséquieux», «le tortionnaire essaie d’apparaître en victime», «une autre manœuvre du roi du Maroc»… N'en jetez plus.   

Tant que les généraux dirigent l’Algérie et désignent des présidents pour la façade, il n’y a rien à attendre de ce mauvais voisin de l’est. On dit vaguement au Maroc que le peuple algérien mérite tous les égards des Marocains. Mais ce peuple Algérien est opprimé par la junte militaire au pouvoir, qui continue de répandre sa propagande sur le Royaume, tapant sur un vieux cordon, en lui disant entre autre et qui malheureusement en croit aveuglement que le Maroc est je cite :

«Un pays qui serait peuplé de mendiants, de prostituées, de narcotrafiquants et de crève-la-faim». Ce régime ne permettra jamais aux Algériens de se déplacer en masse au Maroc par peur de faire la comparaison qui sera certes mortelle pour le général-pisseur et ses cons qui dirigent le pays derrière les coulisses. C’est donc sans surprise que le régime algérien accorde la même réponse qu’aux précédentes mains tendues par le Royaume : Avec ce régime, il faut se préparer et s’attendre au pire. Mais cela, le Maroc l’a compris il y a déjà bien longtemps.

Exagération..Loin de ce que cela veut dire en réalité.Le Maroc est partout et responsable de tout. C'est  de loin que l'écrivain Marocain Tahar Ben Jelloune se trouvant en France le disait clairemment via d'une de ses chroniques hebdomadaires. Et d'ajouter que l’Algérie vient de reconsidérer ses relations avec le Maroc. Elle se méfie; elle a raison, car la boîte d’allumettes qui a servi aux pyromanes ayant déclenché les incendies en Kabylie a été retrouvée; elle représente un lion; elle est bien Marocaine, fabriquée dans les usines de Kénitra.

Pour ceux qui ne le savent pas encore, rappelons les cas nombreux où la responsabilité du Maroc dans les malheurs qui s’abattent sur le monde a été établie.Ainsi, comme l’ont révélé les engagés algériens, c’est le Maroc qui a allumé les incendies en Kabylie, plus précisément à Larb'â Naith Irathen.  Il a proposé ses canadairs pour éteindre le feu, mais les autorités algériennes ne sont pas dupes. Elles ont refusé cette aide, sachant pertinemment que le Maroc est responsable de ces drames.

Le Maroc n’est pas cependant responsable du lynchage du malheureux Jamel Ben Smaïl. Le lynchage ne fait pas partie de ses traditions.C'est sûrement les clins d'oeil des services secrets Algériens qui l'ont visé et ce serait de l'intéllégence des généraux Toufik et Nezzar qui reprennent la cadence, aux même hauts-pas au service-DRS en Algérie, qui devront satisfaire les bons de commande qui leur sont remis pous neutraliser les principaux instigateurs du hirak.

Cela n'a pas suffit aux militaires et au général pisseur Chengriha, c’est le Maroc qui est responsable des incendies à Athènes, à Istanbul et même en Californie, car tout le monde sait que les Marocains sont des pyromanes patentés. Partout où ils peuvent, ils mettent le feu. D’ailleurs tout Marocain qui se respecte ne voyage jamais sans une ou deux grosses boîtes d’allumettes dans la poche. Les briquets ne seront pas fiables au cas où le gaz Algérien vient à manquer.

Par extension, le Maroc a réussi à provoquer les dernières intempéries en Turquie et en Allemagne. C’était sa façon de se venger des rumeurs que les Allemands ont fait courir sur le Maroc dont le système d’écoute est le plus performant du monde. Il est tellement fort, qu’il a réussi à écouter le palais royal et toute la famille royale. Le Maroc s’écoute lui-même avant d’écouter les autres. Toute la presse occidentale l’a prouvé. Les journalistes se sont donné le mot: le Maroc est Super-Ecouteur. Israël lui a fourni le matériel pour cela.

Quant à la Turquie, elle a été punie pour avoir ruiné les petits artisans Marocains. Des pluies diluviennes se sont abattues sur le pays. C’est le Maroc qui est derrière l’accroissement du chômage en Espagne. Il a réussi à mettre à mal des entreprises qui ont été obligées de licencier leurs ouvriers.

Quant à la France, tout le monde s’est rendu compte que le Maroc est derrière la progression du parti de Marine Le Pen, et de Jean-Luc Melanchon. Il a obligé tous les Marocains ayant la double nationalité de rejoindre les rangs de ce parti raciste.

Le Maroc a su diviser aussi bien les partis de la droite que ceux de la gauche. Il a ses hommes partout et il tire les ficelles. Macron le sait parce qu’il a remercié notre pays pour l’avoir aidé à diviser les Français et réduire les partis traditionnels à une minorité insignifiante.

L’ancien président François Hollande a écrit un livre sur cette débâcle. Sarkozy est en colère parce que le Maroc a contribué à faire courir le bruit concernant le financement de sa campagne électorale par Kadhafi. Sarkozy est en colère parce qu’il croyait que le Maroc était un ami.  Le Maroc n’est l’ami de personne. Il n’est l’ami que de ses intérêts. Cela, il l’a appris de ses partenaires américains.

Le drapeau du Maroc a été exhibé par des manifestants anti-vaccins. Barbara Pravi, la chanteuse qui a représenté la France à l’Eurovision aurait dû prendre la première place, mais le lobby marocain de la chanson, travaillant pour les Italiens, a tout fait pour éliminer la Pravi. La preuve, le groupe gagnant Maneskin s’est produit dans le stade de Casa, avec entrée gratuite pour les moins de vingt ans.

N’est-ce pas l'hebdomadaire français, Le Point, qui a fait sa couverture sur le Maroc,  «Le Maroc est partout»  le présentant comme «la Nouvelle puissance»? Le Maroc est puissant, dominateur et sûr de lui. C’est pour cela qu’Israël s’est rapproché de lui au point de demander à Donald Trump de proposer aux Marocains les Accords d’Abraham.

Pyromane, le jour, comploteur la nuit.Tel est le Maroc, un pays imprévisible, arrogant, antipathique, jaloux, non accueillant et surtout dangereux. L’Algérie vient de reconsidérer la nature de ses relations avec ce pays. Elle se méfie; elle a raison, car la boîte d’allumettes qui a servi aux pyromanes ayant déclenché les incendies en Kabylie a été retrouvée; elle représente un lion; elle est bien Marocaine, fabriquée dans les usines de Kénitra.

C’est une preuve accablante pour le Maroc qui nie évidemment toute responsabilité dans ce qu’il a sciemment provoqué. Les slogans d'Alger étaient abondants et légers. Le Maroc est devenu l'ennemi imaginaire. C'était la solution aux généraux, car il contribuait à satisfaire leurs ventres et et ceux des dirigeants du Polisario, et les voleurs d'argent public et privé en Algérie.

Les plus spectaculaires et rigoleux, c'est le Maroc qui a persuadé les généraux d'acheter de la camelote russe, et que c'est le Maroc qui a ordonné aux généraux de dépenser l'argent du peuple algérien pour le Polisario, et que le Maroc a volé mille milliards de dollars et les a mis dans les comptes des généraux en Suisse, au Panama et au Emirats Arabes Unis. Pas besoin d'une vraie révolution Le pique-nique des manifestants Hirakistes Algériens du vendredi ne dérange plus que les fourmis à cause de la pandémie Coronavirus..

Concluons enfin.. Pour rappel à ceux et celles qui arrivent, pas pour se vanter bien sûr, le soutien Marocain à la libération de l’Algérie prit toutes les formes possibles: militaire, logistique, financier, administratif, diplomatique, politique…Qui peut se réjouir dans le fond de ces escalades et de ce blocage sur le chemin de réconciliation et d’une union maghrébine (..) native de Marrakech, chaque jour un peu plus compromises?

Et si l’on peut trouver une explication à la fuite en avant d’une junte militaire à la dérive qui a fait du Maroc une obsession et un dérivatif, il est difficile de comprendre certaines compromissions et certains silences, ici et là, évitant de réveiller le démon Algérien et ne pas éclabousser les intérets. Sa Majesté le Roi Feu Hassan II disait en un moment de colère et de solitude, je cite :

«On ne demande pas au monde de reconnaitre la Marocanité du Sahara, mais nous lui demandons d'apprendre quel «voisinage de tyrannie, le divin nous a affligé» Comme si on vous dit : «Fermez les yeux et votez!» et ne cherchez pas midi à 14h. Ce n’est pas génial, c’est même horrible d'avoir un voisin fou qui tourne dans son centre vicieux, déchirant ses habits, imposé à tes cotés par une nature inclémente.

Nous ne sommes quand même pas en Afghanistan pour «talibaniser» le fait accompli avec ces voisins ingrats…Et jusqu'à quand, si on oserait s'interroger ainsi? Faut-il rappeler le général Driss Ben Omar de sa tombe pour les corriger? je le pense pas sûrement, car le Maroc se dispose de ses pairs aux FAR.

En exemple, le serieux  général de corps d'armée Abdelfattah Elwaraq avec ses galonnés, en particulier le général de corps d'armée Haramou le patron delà gendarmerie Royale et Hamouchi pour la sûreté nationale sont toujours là, bien éveillés aux ordres, avec pactages, lits de camp et pains de parcours (Qortass) pour éventuellement faire substitution? Une interrogation capitale qui demeurera certes suspendue jusqu'à nouvel ordre.

De tout ça, je rapporte enfin au lectorat un renseignement plutôt dégeulasse. Savez-vous qui gouverne l'Algérie? Bien sûr que non. Ni Tebboune ni son Chengriha ne sont capables de la donne. Une localité se trouvant au nord-ouest de l'Algérie et qui repire largement du vent Marocain fait marcher presque toute seule, les affaires courantes de l'Algérie. Elle porte le nom "Nedroma ou Medroma" selon le dialiectal local en Algérie. Cette petite aglomération lointaine d'Alger est devenue grande par poids de ses qualifiés et de ses perfectionnés au vole à l'arachée.

Elle enfantait de façon sésarienne un grand nombre de hauts fonctionnaires qui se mettaient à asperger le sang des Algériens. En l'occurence : 6 ministres - 17 généraux - 12 walis, l'équivalent de gouverneurs chez nous au Maroc - 26 ambassadeurs et beaucoup de dingues à travers tout le pays?

Comme si  toute cette Algérie, avec sa longueur et sa largeur territoriale, ses monsenges et propagandes exacerbés en vrac, est strérilisée, incapable d'enfanter d'autres dirigeants bien formés et forgés dans les milieux du serieux et de crédibilité. Telle est l'Algérie auquelle feu Hassan II que Dieu ait son âme faisait Allusion au dicton précité : Que ce Maroc soit-il, puni par la géographie, voire condamené avec sa modération politique à faire face, tout au long de son existence sur terre.Bonne lecture.

                                                       Bien cordialement,Chihab25                                         

 

Écrire un commentaire

Optionnel