Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cause Nationale - Page 6

  • 1).-Algérie:Les ingrats déverssent les larmes de crocodile..!

    Mohammed VI et moulay Hassan
    "Le Maroc refuse que des organisations, dans des rapports établis à l'avance, prennent prétexte de certains agissements isolés pour essayer de porter atteinte à son image ou de banaliser ses acquis en matière de droits humains et de développement."(Discours Royal 6.11.13)
                                                                           ----------

    Faut-il saler son pain? : Il est toujours indispensable de saupoudrer du sel dans son pain démocratique avant de retrousser ses manches et traiter la saleté algérienne, pour manger au bon goût et bien se préserver contre l'épidémie. A l’annonce de la réforme constitutionnelle marocaine le 9 mars 2011 sous la pression d'une volonté Royale sereine, le peuple Marocain a applaudi l’attitude de son «Roi visionnaire» et a estimé que par cette démarche résolue et attentive aux aspirations des Marocains, le Souverain montre la voie d’une transformation pacifique et moderne des institutions et de la société marocaines. Un journal Français a même écrit : «ce que propose Mohamed VI au Maroc pourrait être comparé à un système présidentiel à la française.»

    Ce n'est pas la voix de bois algérienne, sans vertu, sans conscience, et qui se trompe de mots et d’époque sur les prétendues réformes Taflikiennes. Un président du vieux continent, ami du Maroc a salué le processus de réforme démocratique, économique et sociale dans le royaume à l’initiative du Souverain, avant de conclure à l’intention des Marocains : «Je tiens à vous exprimer les sentiments de haute estime que m’inspire l’œuvre qu’elle accomplit votre Roi. Je lui souhaite plein succès dans la mise en œuvre des réformes qu’elle a décidées.» 

    La conscience de tout démocrate est chagrinée par ce genre de déclarations tonitruantes qui font des Algériens tous, les complices d’un régime qui se maintient chez eux uniquement par sa tyrannie, génère pauvreté et ignorance, ne respectant même pas l’esprit de sa soi-disant constitution infligée au peuple Algérien et taillée sur mesure pour la conservation du despotisme  présidentiel algérien mafieux.

    Rage médiatique contre le Maroc..Salah Eddine Mezouar, le nouveau Bascketteur  de la diplomatique Marocaine n'est pas barbu et ne le sera pas, la petite Bouaida qui le suit, ne porte pas de voile Hakkaoui ou de Burka Afghane. Mezouar un des responsables marocains de taille qui sait comment réagir aux conneries de Ramtane  et  Belani, les conteurs avérés de la diplomatie algérienne qui ne chôment pas ces jours-ci. Nous l'avons vu depuis son arrivée lui aussi aux affaires étrangères Marocaines, il n'a pas fait de réaction à l’attaque médiatique menée par les médias algériens, à la suite des sorties glorieuse médiatiques de SIDNA, par  ses discours de référence au sujet de la cause nationale.

    Le déchainement des médias algériens contre notre pays est intervenu déjà au lendemain de la tournée de l’envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara, Mr.Christopher Ross puis accentuée à la suite du discours de Bouteflika, écrit et lu en son nom à Abuja au Nigeria, lors de la Conférence dite "africaine" de solidarité avec le mirage algérien.

    Ceci, le discours royal du 6.11.13 semble avoir suscité des maux de tête,du chagrin et arrogance chez nos voisins Algériens. Notre pays par contre, continuerai à s’en tenir à la retenue, néanmoins, je dois dire que  l'incident d'Abuja ainsi que les déclarations diffamatoires faites par le pouvoir et les politiques Algériens à ce sujet sont absolument inadmissibles et irresponsables.

    En effet, si le parti marocain l’Istiqlal par la voix de SG  exige, dans sa déclaration rendue publique qu'on porte l’affaire du Sahara oriental “devant le tribunal Onusien de La Haye, ce dernier doit se charger de l’affaire de ces territoires spoliés par l’Algérie, comme affaire  de décolonisation des territoires occupés.

    Souvenez-vous, le chef de la diplomatie algérienne, avait le 8 octobre dernier à l’occasion de  "la Journée de la diplomatie algérienne", appelé, avec arrière pensée, voire de mauvais sens, ses "frères marocains" à la retenue et qu'il avait indiqué aussi, que l'Algérie, allait de sa part, observer cette retenue. Depuis lors, malheureusement, nous n’avons pas eu, au Maroc, beaucoup de démonstrations de retenue. Espérons que conclusion sera tirée et que même si cette position contradictoire des algériens, est irresponsables, elle ne sera la dernière du genre que nous entendrons. 

    Alger mobiliserait 750 millions de dollars, une enveloppe budgétaire assez conséquente a été accordée au département algérien des Affaires étrangères de Ramtane Lamamra, suite à une réunion urgente entre ce dernier et le président algérien Abdelaziz Bouteflika, des hauts responsables et généraux algériens. C'est le journal électronique  AlgériaTimes, qui a révélé cette information.

    Ce budget sera destiné exclusivement à financer des campagnes médiatiques, des conférences internationales et même à motiver des supports médiatiques, acheter et payer des journalistes internationaux, afin de mener la vie dure au Maroc et soutenir les séparatistes du Polisario, écrit le journal électronique algérien. Cette même source évoque quelque 250 milliards de dollars dépensés par l’État algérien depuis que le différend artificiel autour du Sahara marocain a éclaté.

    Dans ce contexte, les dirigeants algériens et leurs marionnettes ont choisi la capitale italienne pour la prochaine étape de leur propagande : une conférence internationale, sous la houlette de l'Algérie, pour “soutenir le peuple mirage” sera organisée dit-on, du 15 au 17 novembre à Rome.

    Face à cette première farce Ramtanienne, à la diplomatie marocaine et le talent de son Bascketteur Salah Eddine Mezouar de trouver maintenant le moyen approprié pour répondre à cette nouvelle forme de guerre médiatique visant à tromper l'opinion international et Italienne en particulier.