Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

«Le Royaume Chérifien du Maroc,Chihab 25 المملكة المغربية الشريفة، شهاب» - Page 5

  • Maroc-Iran :« les raisons d'un divorce de discorde »

                                                   

                         L’image contient peut-être : 2 personnes, intérieur

                                                           Feu Hassan II face au maudit Khomeiny

    Le 3° œil Marocain.. Avant d'analyser, je voudrais bien en informer mon lectorat, que la rédaction du blog vient de tomber sur un article-manifeste important au point de vue sa teneur, mis en circulation sur internet par un certain "Alpha1", qui parait-il, s'intéresse aux renseignements prétendant avoir eu l'aval des services Marocains concernés pour en parler en exclusivité.

    Cela ne peut être, à mon avis, que du virtuel, étant donné que les arômes de l'information, la plus crédible, ne sortent jamais, de telle façon, de la niche d'abeilles de Tarik Zaer de Rabat.

    En plus, le fait d'autoriser la divulgation de ces précieuses démonstrations de l’intelligence Marocaine, ne serait, pour une raison ou pour une autre, que pour prouver aux ennemis du Maroc que les aigles et faucons Marocains ont toutes les facultés de chasser les proies à n'importe quel endroit, même dans les cieux perses les plus lointains.

    Peut importe, disons-nous, c'est pour la première fois, que l’aumône, sous forme de renseignement, sort de Tarik Zaer  au grand public. Et ce n'est qu'un petit ingrédient, voire une toute petite pièce matrice des preuves accablantes que détient en poche Mr. Nacer Bourita à ce sujet, tapant du poing sur la table de l'Algérie, dévoilant scrupuleusement tous les véhicules frauduleusement importés par la diplomatie d'autruche algérienne concernant l'affaire du Sahara Marocain.

    Rétrospective..En février 1984, après la »«fatwa de Takfir» (Expiation) de Khomeiny, émise par le Conseil supérieur des Oulamas du Royaume du Maroc, feu Hassan II hissait sa colère au plus haut cran. Dans une interview exclusive accordée au journal français 'Le Figaro' Sa Majesté le Roi feu Hassan II qui était très conscient de ses potentialités, a dit son célèbre dicton «Si Khomeiny est musulman..?, moi je le serais pas.!». En cause, il qualifia ce Khomeiny de voyou et de déviant..! et que sur le rocher Marocain, son rêve sera brisé, concluait-il.

    Et depuis, nous vivons au Maroc dans la fierté de voir notre Royaume devenu le seul pays arabe qui se trouve en avant-garde, face au projet iranien du chiisme. Le Royaume dénonçait ouvertement Khomeiny, sa suite et son héritage de versets sataniques. Les "Versets Sataniques", c'est le nom que leur donnait Salman Rushdie, le Britannique-Pakistanais (Kashmir) dans son livre réservé aux turbans noirs d’Iran.

    Le Maroc, à cet effet, poursuivait silencieusement la civilité et la précaution, évitant de provoquer le satin. Mais le Lucifer lui, préparait son feu sous la cendre, guettant de loin, l'occasion propice devant porter préjudice aux intérêts du Maroc. 

                                  Résultat de recherche d'images

    Hospitalité et générosité obligent..Ce grand Maroc, rappelons-le, accueillait, à bras ouverts, sans crainte ni peur de personne, l'ex-Shah d'Iran Mohamed Réda Bahlawi et sa famille. Un grand ami du Maroc, chassé par la révolution des turbans, le moment où tout le monde se méfiait d'un tel acte qui, selon diverses convictions, n'éveillera que les démons du maudit Khomeiny qui revenait de l'exil, enragé, voire assoiffé d'envie au pouvoir qui l’arrachait de force en 1979, parfumé d'odeur anti-impérialiste, marchant sur les épaules d'opprimés et de dépourvus de liberté, victimes de tortures de la police politique du Shah, la Savac.

    L'ex-impératrice Farah Diba Bahlawi vit actuellement au Maroc dans son palais aux environs de Taroudant avec le reste de ses fils,. Elle aurait échoué dans sa première tentative de rester en Egypte de Sadat (!). Le Shah, son mari,ne supportait pas sa chute, il meurt du cancer, inhumé quelque part au Maroc.Cet état de cause serait l'un des ingrédients le plus marquant, voire le plus piquant, faisant grain de sel, à la gorge des satins d'Iran.C'est pourquoi ces salops cherchaient en vengeance, et continuent encore, depuis toujours de déstabiliser le Maroc.

    Offensive en douceur..Tout le monde faut-il rappeler, a pris connaissance du communiqué du ministère Marocain des affaires étrangères et de la coopération internationale au sujet de la rupture des relations diplomatiques avec l'Iran, suite à son ingérence dans les affaires intérieures du Maroc, à travers son comparse, le mouvement terroriste Libanais, le Hezbollah, offrant soutien médiatique et militaire, entraînement, encadrement et approvisionnement en armes au front séparatiste, le soi-disant Polisario.                                            

    La décision prise dépendait de la souveraineté Marocaine sans pression aucune d'autrui, et ce suite aux renseignements fournis par les services secrets Marocains, en collaboration avec les propres Affaires Etrangères du Maroc. C'est une première publique et officielle de l'administration de la DGED. La rédaction du blog fera de son mieux, à rechercher, virtuellement, les dessous de cette exception qui n'est jamais offerte en suivant au mieux ce que peut rapporter son contexte. 

    Si l'affaire est apparemment bilatérale, elle devient, de plus en plus, pour  sa gravité, une affaire dénie par le pays amis du Maroc, confirmant que l'Iran œuvre à semer la zizanie et à attiser les conflits dans les pays arabes de l'Afrique du nord, et souffler au feu, précisément au Maroc, le seul pays politiquement stable, immunitaire et fortifié par sa Monarchie, qui échappait aux rêves des Mollah perses d'Iran, qui cherchent en vain, par n'importe quel mobile à trouver place à l'Ouest du monde arabe, à s’ingérer dans ses affaires intérieures et à soutenir le terrorisme, en grande pompe, pour la simple raison d'expansion satanique.

    Contexte du processus..Depuis le cessez-le-feu et l'arrêt d'hostilités en 1991 entre le Maroc et l'Algésario (polisario) toutes le données politiques et militaires ont catégoriquement changées, elles ont même bouleversé les caractéristiques du conflit  dans la région.

    En plus les pays communistes soutenant la thèse algérienne via son polisario  sont touchés au fond, contraints de changer de cape, après l'apparition d'un aigle Russe dénommé Michael Gorbatchev qui mettait en ébullition l'effondrement de l'URSS et la pure et simple dislocation d'une stupidité, appelé clan de l'est.

    Le système de banalisation  et de platitude d'autres pays hostiles au Maroc, comme le Cuba et le Venezuela et autres, sont affaiblis à un point sans retour. D’autres comme la Libye ont perdu toutes confessions et forces d'ingérence, ici et là, privés même de crédit et de réputation politique.

    Cette situation avait offert l’opportunité à un grand nombre de pays à travers le monde corrompu, d'annuler ou tout simplement revoir et suspendre la reconnaissance précipitée de l'entité imaginaire du polisario.

    Cela étant va évidemment contraindre par la suite  le polisario et l’Algérie de s'orienter vers l'incertain et de faire appel à candidat. Chercher de nouveaux  sponsors, de nouvelles implications subversives dans le conflit, surtout après la perte de leurs soutiens originaux de Castro et de Kaddafi.

    Cette fois la destination n'avait pas de sens giratoire, la nécessité oblige d’empreinter n'importe quel sens menant à l'Iran des Ayatollah, considérant que le model Iranien est le plus sophistiqué, en matière de formation et d'entrainement dans les domaines destructifs de guerre civile et de guérilla.

    Etant que l'Iran est généreux dans le domaine, il voulait en revanche prendre pied en Afrique du Nord pour répandre d'abord le chiisme en Algérie, s'assurer d'une voix à Ligue Arabe et puis se venger de la campagne de l'Arabie Saoudite contre les Houtis au Yémen, de même que le refus arabe du régime Assad en Syrie fait aussi grande tache aux turbans. Les intérêts entre les deux parties ont ainsi convergé au détriment de la sécurité et de l'intégrité territoriale nationale du Maroc.                       

    Evidemment, ces données et analyses n'échapperont, en aucun cas, aux faucons des services secrets Marocains avec l'existence d'une base d'informations sur des organisations internationales dites 'humanitaires"  et sur les rapports et contacts discrets entre le polisario et le Hezbollah.

    Les pensées iraniennes jetant davantage d'huile sur les feux entre Maroc et Algérie, se précisaient plus que jamais, après l'arrestation par le Maroc du premier  trésorier du Hezbollah, Kacem Taj Eddine. C'était pour Hezbollah la goutte ayant débordé le vase funèbre.

    Feu vert est donc donné pour que Hassan Sakht-allah déclare ouvertement son hostilité au Maroc, avec toutes les attentions de vergence, de contrainte de par corps, que le Maroc doit payer fort à cause de ce gros poisson.

    ِChoix du timing.. Le timing fixé pour la rupture des relations diplomatiques entre le Royaume du Maroc et les perses était décisif après le retrait délibéré du polisario de ce qu'il appelle "terres libérées" et sa défaite du 29 avril aux Nations Unies enfantant la résolution 2414.

    Voila que le Maroc en vertu de ses acquis, expose le front séparatiste devant tout le monde, prouvant sans équivoque, son attachement et son activité avec une entité terroriste, le Hezbollah, se confessant, en parallèle, aux lois d'un Etat hors la loi, banni par le monde arabe à cause de son ingérence dans les affaires internes des arabes et de ses tentatives de s'imposer , en tant que tel, dans le cadre d' de grand Etat de rubans et de pieux.

    ِC'était choquant pour l'Algérie et pour l'Iran, dont les services de renseignement et de sécurité ne prévoyaient nullement un tel acte plus douloureux que jamais de la part du Maroc, lui permettant de surveiller et de suivre de prés toutes les ficelles  de cette conspiration partant de Téhéran pour arriver chez le général algérien Saïd Chengriha à Tindouf. 

    ِC'est de la panique qui sévisse en Algérie et en Iran, frappant en plein fouet la diplomatie algérienne et ses médias qui n'ont rien trouvé que de se taire devant la tempête. Par contre les preuves détenues par les services secrets Marocains mettent à mort le rêve ennemi et perturbe ses visées malencontreuses  de haine et d'hostilité, provoquant un échec énorme au palais d'Al Mouradia d'Alger.

    Félicitations donc, aux soldats invisibles des services de renseignement Marocains pour ce travail victorieux, pour lequel auront plein d'éloges, bien mérités de tous les Marocains, après ce gain de cause ayant réussi à dévoiler les conspirations visant à déstabiliser notre  patrie dans sa grandeur.. 

    Lire la suite